Lien vers l'Index général des pages du site sens de la vie

Devenez membre privilégié en cliquant ici

3 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.
Recherche
SVP utilisez le moteur de recherche, en bas de page, avant de créer un nouveau sujet. Si celui-ci existe déjà, utilisez le pour vous exprimer.
  Sens de la vie - Forums [ Accueil ] · [Anonyme - Connexion] · [ Déconnexion ] Lettre de diffusion:  lundi 27 janvier 2020
 
Forums
  • Forums
  •  
     
    Activité du Site
    Pages vues depuis 13/10/2003 : 24 483 064
    • Nb. de Membres : 709
    • Nb. d'Articles : 0
    • Nb. de Forums : 40
    • Nb. de Sujets : 0
    • Nb. de Critiques : 0

    Top 10  Statistiques

     
    Modéré par : Moderateur 
    Index du Forum » » Racine des erreurs actuelles » » Le destin tragique de Nauru, un avertissement pour la Terre ?  
    AuteurLe destin tragique de Nauru, un avertissement pour la Terre ?
    Hyjnori
    56    

    Hyjnori
      Posté : 08-07-2009 14:51

    Récit d'une banqueroute : Nauru, l'île désenchantée

    Symbole d'un mode de vie occidental qui court sans doute à sa perte, l'île de Nauru aura vécu en trente ans une parabole accélérée des excès du surdéveloppement.

    Société traditionnelle sans besoins matériels, Nauru a découvert l'opulence grâce à l'exploitation de ses lucratifs gisements de phosphores. Problème, les mines ne produisent aujourd'hui plus grand chose, et le micro-état du pacifique n'a pas su mener la transition en réalisant les bons investissements. Résultat, la pauvreté est revenue. Mais les séquelles écologiques et sanitaires sont restées, comme a pu le constater le journaliste Luc Folliet, auteur du livre Nauru, l'île dévastée.




    L'île de Nauru a été un temple de l’hyper consommation pendant 30 ans avant de connaître la banqueroute au milieu des années 2000. Retour sur un désastre économique, sanitaire et écologique avec Luc Folliet, auteur de Nauru l'île dévastée.

    Nauru, petite île du pacifique située à 2 800 kilomètres au nord-est de l’Australie, a connu un destin exceptionnel grâce à la découverte du phosphate, un minerai très recherché servant à fabriquer l’engrais. Libéré du joug australien en 1968, la jeune république indépendante contrôle définitivement cette ressource et embrasse les sirènes de l’hyper consommation. Une ère de prospérité qui culmine dans les années 70 grâce à la forte hausse du cours du phosphate. Nauru affiche alors un produit intérieur brut par habitant de 50 000 dollars US. Seule l'Arabie Saoudite fait mieux.

    Un pneu crevé, une voiture rachetée

    Le gouvernement de Nauru savait que l’exploitation du phosphate ne durerait que quelques décennies et voulait préparer le futur en investissant les millions de dollars australiens qui s’accumulaient dans ses caisses. Une donne qui favorisa de nombreux investissements dans des projets hôteliers et immobiliers, la création d’une équipe de football australien (Les Bulldogs de Brisbane) et de la compagnie aérienne Air Nauru. Une liste non exhaustive.

    Au final, les initiatives se révélèrent aussi hasardeuses que les conseils des businessmen australiens et néo-zélandais. Peu portée sur la gestion, la classe politique locale pouvait à l'occasion se servir dans le budget de l’Etat.

    Pour Luc Folliet, journaliste qui s'est rendu deux fois à Nauru, les Nauruans "n’ont jamais su quoi faire de tout cet argent. Ils avaient un comportement puéril". Et nombreuses sont les anecdotes à raconter : si le pneu d'une voiture crevait, son propriétaire pouvait la laisser sur le bas côté de la route et en acheter une autre. Dans un autre genre, l’Etat payait des femmes de ménage pour nettoyer le domicile des Nauruans. Une gabegie qui commença à toucher ses limites au début des années 1990.

    40% de diabétiques

    Ce train de vie faramineux a laissé des séquelles chez les Naruans. Ils y ont perdu leurs repères culturels, affirme Folliet, qui a pu constater l'abandon du système tribal qui régissait jusque-là la vie de l'Ile. "Lors d’une réception officielle, le gouvernement avait organisé des danses traditionnelles. Dans la foule, une femme me confia que les danseurs étaient des mineurs originaires des îles Kiribati et Tuvalu. Les siens ne connaissaient plus leurs danses traditionnelles !".

    A cause de l’adoption du mode de vie et de l’alimentation occidentale, les personnes nées à partir de 1950 ont également commencé à mourir du diabète. Ils importaient beaucoup de nourriture industrielle. "Lors de mes interviews, j’ai seulement rencontré deux personnes qui n’étaient pas diabétiques !", raconte Folliet. 40 à 45% de la population serait effectivement atteint de diabète. L'espérance de vie a elle chutée aux alentours de 60 ans.

    Ecologiquement, le désastre est tout aussi palpable : les bâtiments sont en ruines, de nombreux déchets industriels s’entassent et le sol ne cesse de s’appauvrir. "L’écologie est une question secondaire. Ils veulent se redresser économiquement et cela passe forcément par leur seule richesse : l’extraction de phosphate".

    Un avertissement pour la planète ?

    "En 2005, l’île était en état de faillite et à l’abandon total. Il n’y avait plus d’essence, plus d’électricité et d’argent liquide", poursuit l'auteur de Nauru, l’île dévastée. Depuis, le nouveau gouvernement a relancé l’extraction des couches secondaires de phosphate. "Aujourd’hui, la situation s’est améliorée. Il y a un peu d’essence, de l’électricité et les gens commencent à faire du troc et du commerce grâce au retour de l’argent. Puis, l’implantation d’un camp de réfugiés sur l’ile assure également une rentrée de devises".

    Mais ces signes d’améliorations restent fragiles. Surtout, le retour d’une certaine aisance financière amorce des tensions au sein de la classe politique. Au-delà d’une vision locale, l’ascension et la chute de Nauru est gênante car elles rappellent, à bien des égards, nos travers en matière de consommation et d’exploitation de ressources énergétiques. Une histoire à méditer pour éviter qu'un tel destin tragique ne se produise, cette fois à l'échelle de la planète.

    Voir le diaporama de Nauru ici : http://societe.fluctuat.net/diaporamas/nauru-une-ile-victime-du-surdeveloppement/Nauru-autrefois-un-paradis.html


    [ Message édité par : Hyjnori : 08-07-2009 14:52 ]

      Profil  Citation   
    Alain
    10426       

    Alain
      Posté : 09-07-2009 04:09



    Bonjour

    Cher Hyjnori, encore merci de cette nouvelle contribution très précieuse.

    Le parallèle est très juste.

    Le souci des générations futures, et le respect de la vie n’étouffent pas certes nos contemporains, qui sont hélas majoritairement égoïstes, suffisants, et mus par des désirs et des peurs irrationnels (et souvent stupides de plus). Toutefois, des signes apparaissent qui nous montrent que de nombreux changements positifs sont à l’œuvre, comme, celui-ci :

    Début de la prise en compte de la nécessité des villages de vie autarcique, respectueux de l’environnement.

    Amitiés à tous





    http://www.sens-de-la-vie.com/
    http://www.salvation-of-humans.com/
    Sources d'inspiration pour tous

    [ Message édité par : Alain : 09-07-2009 04:15 ]

      Profil  E-mail  www  Citation   
      
    Sauter à :
    !!!_else!
     

    Moteur de recherche interne

    Vous pouvez faire une recherche Interne dans sens-de-la-vie.com avec Google (écrire l'objet de votre recherche dans le cadre ci-dessous sans utiliser d'accents, de cédilles ou trémas. Ne marche pas si vous bloquez les pop up) ou voir les Liens sur le sommaire ci-contre à gauche classés par sites et chapitres. Une fois entré dans une page, le lien vers sa suite est en bas de texte.




    Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés, le reste @ sens-de-la-vie.com.

    Retour au site WWW.SENS-DE-LA-VIE.COM


    Ce site a été construit avec NPDS Version Sable 5.10, un système de portail écrit en PHP. Ce logiciel est sous GNU/GPL license.