Lisez L'Avertissement Légal et les Conditions D’Usage avant votre lecture du site.

sens-de-la-vie.com vous permet de vérifier le niveau de fiabilité des informations que vous y lirez en plaçant la flèche de votre souris sur l'un de ces symboles qui sont - ou seront - en tête de chaque page, pour connaître leurs significations, mais aussi en vous invitant à vérifier vous-même les sources qui sont toujours indiquées soit dans les textes, soit dans les liens. Vous êtes invité à y réfléchir, sans que jamais il ne vous soit demandé de croire.
Le regard juste qui est le fruit d'une expérience directe.Le fruit d'une déduction logique.Une information de source probablement sure. La fiabilité de la ou des source(s) ne peut pas être garantie.

Hypatia - symbole de sens de la vie  - vécu il y a 16 siècles. Elle fut philosophe et mathématicienne, la personnalité la plus marquante de l'ère de la Grande Bibliothèque d'Alexandrie.

HYPATIA

Page 5 sur 18

Le Respect est

La Valeur Première

English version & Version en Castellano.

 

Hypatia, un site pour percer le brouillard de l'ignorance. (Ampéwi Nunpa)

 Depuis le 18 nov 2001 vous êtes la [an error occurred while processing this directive] ème visite de sens-de-la-vie.com (Site et Forum).

 

 

Le regard juste qui est le fruit d'une expérience directe.

Libérez votre esprit du conditionnement de tous les pouvoirs.

 

Comme l'a rappelé le Dalaï lama '' Le respect est la valeur suprême '' , mais les Occidentaux, depuis 40 générations, cultivent l'irrespect de tout ce qui n'est pas eux, et pire, croient être forts en agissant de la sorte!
Qui a dit : " L'homme blanc est une maladie de la terre " ?
Non contents d'être manipulés comme du bétail, les Occidentaux méprisent tout ! C'est cette attitude qui détruit le monde: les animaux, les plantes, tous les écosystèmes, les peuples premiers, et plus encore toutes les qualités de coeur en vous-mêmes, car le mépris de l'autre conduit à l'irrespect de soi.

Tant et si bien qu'à terme proche, ce manque de respect de toutes choses, poussé à un point extrême, détruira l'humanité, car comme le dit un proverbe sanscrit:

"Quand l'homme tue le Dharma, le Dharma tue l'homme."

 
Qu'est-ce que le respect ?
Le mot respect vient du latin respectus "considération": " Frappez, aucun respect ne vous doit retenir " [Racine].

De nos jours: sentiment d'estime, mêlé de vénération, qui entraîne une attitude déférente ou soumise à l'égard de quelqu'un ou de quelque chose: avoir du respect pour ses parents, pour ses maîtres.

Expressions: respect humain, crainte de l'opinion publique, de la moquerie ou du qu'en-dira-t-on, qui influe sur le comportement:

" Il n'osa pas protester, retenu par le respect humain ".

" Sauf votre respect ", " sauf le respect que je vous dois" , "mis à part le respect qui vous est dû " sert à introduire une phrase qui pourrait choquer l'interlocuteur

" Tenir quelqu'un en respect " : le contenir par la force, lui faire peur.

Soin qu'on a de ne pas porter atteinte à un être ou à une chose qu'on juge digne de considération: " le respect des vieilles pierres devrait être le premier souci des urbanistes ".

Par extension: fidélité absolue à quelque chose: " il pousse au plus haut point le respect du cérémonial traditionnel ".

Synonymes : Considération -Estime -Déférence -Révérence.

Soit dit incidemment: " L'on peut aussi penser que respecter = re-spectare = regarder deux fois, regarder à nouveau. Autrement dit ne pas se contenter du premier regard. Y regarder à deux fois. Ne pas croire qu'on a tout saisi dès le premier regard. On ne respecte plus, parce qu'on ne regarde plus, qu'on ne voit plus, qu'on croit avoir tout vu, tout compris. " Olivier Clerc, voir page de liens.

 

Il est bien évident que l'éducation de la jeunesse au respect doit être au centre de chaque civilisation véritable car tout est lié, aussi nuire à autrui par manque de respect, c'est nuire à nous-mêmes et à l'ensemble de notre collectivité.

 

 

Emmanuel Kant

 

Ce manque de respect puise dans des racines très anciennes:

Emmanuel KANT (1724-1804) a dit ces choses raisonnables:
« Le devoir de respecter mon prochain est contenu dans la maxime de n'abaisser aucun autre homme jusqu'au point où il serait uniquement moyen au service de mes fins (de ne pas exiger que l'autre doive renoncer à lui-même pour se faire l'esclave de mes fins).»
Métaphysique des moeurs, Doctrine de la vertu, 1797 [I, 2e partie, § 25, trad. A. Renaut, coll. GF, Flammarion, p. 315]

«Tout homme a une prétention légitime au respect de son prochain, et réciproquement il est obligé lui aussi au même respect envers chacun des autres hommes.»

Métaphysique des moeurs, Doctrine de la vertu, 1797 [I, 2e partie, § 38, trad. A. Renaut, coll. GF, Flammarion, p. 332]

Mais ce "grand philosophe" et néanmoins parfait imbécile, figurant dans tous les manuels scolaires, a aussi écrit:

« Le respect ne s'adresse jamais qu'à des personnes, en aucun cas à des choses. Les choses peuvent exciter en nous de l'inclination, et même de l'amour, quand ce sont des animaux [...], ou encore de la crainte, comme la mer, un volcan, une bête féroce, mais jamais de respect. »
Critique de la raison pratique, 1788 [1ère partie, livre 1er, chap. III, trad. L. Ferry et H. Wismann, Bibliothèque de la Pléiade, p. 701]

 

Or, c'est bien là votre faute capitale, car ce concept d'autrui doit inclure toutes choses, tout étant vivant et interactif. Toutes choses, c'est à dire notamment: l'air, l'eau, le sol, les paysages, et toutes les formes de vie de tous les règnes: minéral, végétal et animal, y compris les humains qui en font partie. Comment aussi, est-il possible de n'avoir aucunement conscience que salir notre terre-mère, c'est se salir soi-même, puisque nos corps physiques en sont issus ! C.Q.F.D.

Comment est-ce possible ?

 

La société occidentale contemporaine fait l'apologie de l'irrespect, êtes-vous tous fous ?

A titre d'exemple Jean-Michel Besnier, agrégé de philosophie et docteur d'État en science politique, qui "enseigne" à l'Université de Compiègne et à l'École centrale de Paris, a écrit cet article à propos de Georges Bataille : " Éloge de l'irrespect "

Extrait:

" On ne sait plus aujourd'hui où donner du respect. Respect des droits de l'homme, qui ne le voudrait ? Respect des animaux, ils souffrent comme nous. Respect de la terre, l'écosystème vit, lui aussi, semblable à n'importe quel organisme. Et des non-fumeurs, des embryons, du passé, des convictions religieuses, des femmes, du code de la route. Tant pis si l'on perd en compréhension ce que l'on gagne en extension, comme diraient les logiciens et comme le refusait Kant qui n'avait sans doute pas le respect généreux, puisqu'il le réservait aux seuls sujets de la loi morale."

Autrement dit l'auteur se plaint du trop grand nombre de choses à respecter, et s'appuie sur cela pour tourner le respect en dérision.

Chez les serfs-veaux tout devient acceptable, exemple de propos d'une autre "enseignante":

" Lorsque je côtoie un jeune sur une période plus ou moins longue et que ce dernier me manque continuellement de respect, je devrais regarder qu'est-ce que je fais de mon côté pour que cela m'arrive, surtout si cela m'arrive fréquemment. Le respect, c'est comme la confiance, ça s'acquière. Ce que je veux dire, c'est qu'il est possible que mes propres agissements entraînent un effet d'irrespect sans pour cela enlever la responsabilité au jeune. C'est avant tout aux adultes d'agir en adulte, je n'en vois pas beaucoup ces temps-ci qui prennent le tord ou du moins une partie du tord sur leurs épaules. Si chaque adulte agissait en éducateur (c'est pourtant ce qui se passe chez les peuplades dites "primitives"...), si chacun se sentait responsable de la société qu'il désire avoir, je crois qu'il y aurait moins de jeunes en difficultés. "

L'enseignante qui culpabilise : http://www.antredudragon.com/actu2.html

Je n'ai pas corrigé volontairement les fautes d'ortographe de l'enseignante qui a écrit tord et non tort, ou s'acquière et non s'acquiert, ou oublie le s dans "d'agir en adulte"(s). Elle "pense" et culpabilise, là où tout simplement elle devrait s'imposer par la dignité de son comportement, et s'il le faut par la punition.

Pôooovres de nous !

.... à qui donc confions-nous nos gosses ?

Si des personnes manquent à leur fonction, c'est à leur autorité supérieure d'en juger, et éventuellement de les sanctionner, mais en aucun cas à leurs subordonnés. Il convient donc de remarquer qu'au cas où des enseignants seraient en faute dans leur comportement envers leurs élèves, que cela n'autorise en rien ceux-ci à leur manquer de respect. Ils doivent se limiter à en informer leurs parents pour la suite à donner.
Ce raisonnement est vrai dans tout système hiérarchisé harmonieux car,
Le Respect est dû à la Fonction qui incarne un idéal précis,

avant de l'être aux personnes qui la remplissent.

Ce respect dû à la fonction doit s'entendre comme le respect d'un idéal aux principes justes et clairement définis qui sont l'apanage et les devoirs précis de cette fonction.

Dans l'exemple de l'école, si la personne qui occupe la fonction d'enseignant commet des actes contraires à sa fonction, elle doit en être punie et révoquée sur le champ, mais cela n'autorise cependant pas les élèves à lui manquer de respect pour le peu de temps ou elle occupera encore sa fonction, car si l'idéal de la fonction est souillé par de l'irrespect, cet irrespect des élèves s'étendra ensuite à tous les enseignants dont ceux qui remplissent parfaitement leurs devoirs.

Le respect de la fonction n'est pas un devoir absolu d'obéissance.
Exemple: pendant la guerre d'Algérie en 1961 ma section était en opération dans le Sud Oranais et plus précisément à El Gor, territoire de la tribu Almoravide des Al-Anghad, * au Sud de Géryville.

* Nota : les Al-Anghad étaient une tribu de 2.500 personnes, des nomades éleveurs de dromadaires, d'ânes et de moutons, que la colonisation avait fixés arbitrairement du côté Algérien, et qu'ensuite la guerre avait sédentarisés de force sur un territoire exigu. La première épouse d'Abd El Khader venait de ce peuple.

Le droit interdisait aux Al-Anghad de pénétrer en zone interdite, mais les Français les ayant confinés sur un territoire trop petit pour leur troupeau, celui-ci s'était réduit par la famine de 30 000 à 3 000 têtes. De sorte que pour éviter de perdre le reste, les bergers faisaient paître leurs bêtes dans cette zone, où les militaires avaient le droit de tuer quiconque s'y trouvait. C'est dans ces circonstances, que nous vîmes deux de ces bergers: deux enfants du douar d'El Gor, âgés l'un de cinq et le second de huit ans. A ma grande surprise le lieutenant donna l'ordre au porteur du fusil-mitrailleur de se mettre en batterie, et il allait commander de tuer les deux gosses. Comment est-il possible qu'un homme agisse de la sorte ?

Instantanément, je lui posai ma Mat 49, balle engagée dans le canon, sur la tempe ce qui stoppa tout, par la stupéfaction qu'entraîna mon acte, et je lui dis d'un ton très ferme, mais aussi parfaitement poli:

"Mon lieutenant, avec tout le respect que je vous dois, je suis obligé de vous tuer pour éviter le meurtre de ces enfants".

Comme il vit que je ne plaisantais pas, il dit au fusil-mitrailleur de se replier et désigna deux soldats pour raccompagner les enfants vivants, et leur petit troupeau, au village, et cette triste affaire eut une fin heureuse car il n'y eut pas de suite pour ces familles. En Droit militaire ma rébellion était passible de mort, et il me menaça de la Cour Martiale, mais il ne le fit pas. Ainsi tout finit bien pour tout le monde. Par mon geste j'avais respecté la fonction symbolisée par son uniforme, tandis que j'étais prêt à tuer l'homme qui précisément le déshonorait.

Cette historiette est pour vous démontrer que l'on peut respecter la fonction,

tout en désobéissant à l'homme qui l'occupe,

car le Respect est, en premier lieu, dû à la Vie, sous toutes ses formes.

 

Moi qui vis en Thaïlande peux vous affirmer, en toute vérité, que ce pays inculque aux enfants l'enseignement bouddhiste, à savoir par-dessus tout respecter ses parents, ses maîtres, le roi, le sangha et la vie sous toutes ses formes. Ici, voir les écoles, la propreté, la gentillesse de tous et le respect réciproque qui règne entre tous les Thaïs, est un plaisir.
Par contre agir en encourageant l'irrespect, comme vous le faites en Occident, est du suicide social.

CLIN D'OEIL SUR LA CORSE

J'adore la Corse qui est sans conteste l'un des plus beaux endroits au Monde, ainsi que les Corses pour leur droiture et chez qui j'ai beaucoup de vrais amis. De toutes les façons un Corse ne peut être qu'un vrai ami, ou un véritable ennemi. Dans ce deuxième cas, celui qui a commis l'erreur, d'en avoir un, ferait mieux d'aller habiter, sur une autre planète, s'il ne veut pas avoir à faire à lui! Le grand César, lui-même ayant constater l'excellente valeur guerrière de ces Hommes, avait dit : '' la plus grande richesse en Corse est ses habitants ''. Mais à contrario ; celui qui s'en est fait, un ami, n'en trouvera pas de plus loyal, dévoué et courageux, dans toute sa vie ! ( renseignez-vous, sur la garde Corse de Napoléon ! ).

Un de ces amis corses m'a dit :
'' ce que les pinzutti ne comprennent pas, c'est que chez nous, en CORSE, la Loi est on ne peut plus claire et simple et se résume à ce seul article : '' quiconque ne respecte pas son prochain, sera mis à mort sans colère, sans haine et sans souffrance ''

Nota : la tête de Maure est d'origine aragonaise. Elle figurait au Moyen-Age sur les étendards des rois d'Aragon qui luttaient contre les sarrasins. Elle représentait un roi sarrasin vaincu lors des croisades. La tête de Maure avait alors les yeux bandés. Ce car, en 1297, la Corse et la Sardaigne avaient été confiées par le Pape au Roi d'Aragon. Sur le drapeau corse, le bandeau sur les yeux, signe d'esclavage, aurait été relevé sur le front par Pascal Paoli pour symboliser la libération de la patrie, selon l'historien Paul Arrighi. A bandera testa mora (drapeau à tête de maure) a été déclaré emblême officiel de la Corse lors de la Consulte de Corti du 24 novembre 1762.

La Corse a souvent fait des admirateurs. Stendhal qui, comme tout le monde, le sait, était un amoureux de la bêtise et de l'agressivité humaine a écrit dans son livre Mémoires sur Napoléon: "En Corse, la Loi admirable du coup de fusil, fait qu'il y règne une grande politesse". Voltaire, lui, avait écrit le 18 Novembre 1768: ''Toute L'Europe est Corse'', et Jean-Jacques Rousseau dans le Contrat Social a dit: ''Il est encore en Europe un pays capable de législation, c'est l'île de Corse''.

 Pascal Paoli (vu par Goscinny et Uderzo)

(Grand Leader corse et inspirateur de la Constitution des Etats Unis d'Amérique et du vote des femmes.)

Les innombrables affrontements ayant opposé les Corses aux Génois mes ancêtres, apprirent rapidement à ceux-ci que leurs sujets méritaient amplement leur réputation de " guerriers les plus dangereux d'Europe '', et les anciens Corses de cette époque nommaient le stylet qu'ils portaient, en permanence dans leur ceinture ; le '' porta rispettu'' (littéralement ; le porte-respect !). Ils sont vraiment animés par une détermination sur-humaine: existe-t-il sur cette planète, un être humain autre qu'un Corse, qui aurait pu entamer une carrière militaire au grade de caporal et la terminer en se faisant sacrer Empereur par un Pape, après avoir établi les bases du monde moderne pour les siècles à venir ? 

Les Corses ont cette particularité qui les différencie radicalement des autres peuples: ils sont un savant mélange entre l'esprit des Amérindiens, en ce qui concerne le RESPECT suprahumain de leur île, ayant parfaitement conscience que c'est elle qui les a façonnés et de celui des samouraïs vis-à-vis de leur sabre, sachant que la SEULE amie qui ne les trahira JAMAIS et ne se retournera JAMAIS contre eux, est leur propre arme !

Le respect est avant tout un devoir, et non un droit:
Il est évident que le respect ne peut survenir si nous-mêmes ne respectons personne, et de même si nous sommes incapables de nous faire respecter par l'usage de l'autorité.

Ce n'est pas un "droit", ou plutôt ce droit s'acquiert par le respect que nous portons à autrui, comme à toute choses, mais aussi - s'il le faut - se conquiert par notre capacité à l'imposer..

Car un homme qui respecte les autres, se respecte lui-même, parce qu'il sait que son comportement est en accord, avec les plus hautes Valeurs humaines ! Or : '' on respecte un homme qui se respecte lui-même ''. (H. de Balzac). C.Q.F.D.

Ce que semble-t-il tout le monde oublie.

 

Voici l'opinion qu'un humain authentique a sur le Respect:

 

" Les courants principaux de la pensée humaine peuvent se classer d'après l'attitude qu'ils adoptent vis-à-vis de la vie et du monde. Celle-ci oscille entre l'affirmation et la négation.

S'il faut dire "oui" à la vie et au monde, alors l'existence est une valeur en soi qu'il faut amener à sa perfection, et qui exige un dévouement actif au service de l'ensemble des êtres vivants.

S'il faut dire "non", le monde extérieur perd tout intérêt, la vie n'est plus qu'un jeu absurde et sans objet, auquel il ne s'agit que de se refuser, sans tenter d'améliorer le sort des êtres vivants. " Théodore Monod

MAIS ...

Dans le discours qu'il prononca le 11 décembre 1968 à l'occasion de sa remise du prix Nobel de la paix, René Cassin présente la Déclaration universelle des droits de l'homme comme " le premier manifeste d'ordre éthique que l'humanité organisée ait jamais adopté ".

Or, trente quatre ans après l'adoption de cette Déclaration par l'Assemblée générale de l'ONU, la communauté des soignants constituée au service de la personne malade et de la société dans le cadre de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris - en est encore à devoir constater qu'elle :

" Se devait de consacrer à sa manière l'hommage qui convient à ce texte déterminant. Les réalités quotidiennes de la vie dans notre institution nous investissent de responsabilités humaines exceptionnelles. Répondre par des actes et dans un engagement constant aux sollicitations les plus fortes qu'un homme exprime à un homme, c'est comprendre la valeur inaliénable et la signification morale de " droits (qui) découlent de la dignité inhérente à la personne humaine ".

En d'autres termes, ils commencent à comprendre, seulement en 2002, qu'il faut prendre en compte la dignité de la personne humaine dans la relation entre soignants et malades. Le feront-ils? Cela c'est autre chose.

Quand comprendrez-vous , dans mille ans ?

Réflexions taboues:

L'aspect fondamental de l'irrespect de la femme par l'homme:
Le premier, et le plus fondamental, des respects devrait être celui dû à la Femme, car c'est des femmes que le peuple est issu, c'est d'ailleurs pourquoi les harmonieuses sociétés très anciennes étaient matriarcales. Les Amérindiens ne disaient-ils pas que: " les femmes sont la racine du peuple, aussi si la racine pourrit, c'est la plante entière qui meurt ". Après la longue période de paix des sociétés matriarcales, celles-ci, sous l'influence de la religion des juifs, basculèrent dans le patriarcat qui a créé les disharmonies actuelles. Actuellement le plus grand de tous les manques de respect est commis, au sein de presque tous les peuples, et pour diverses mauvaises raisons, par des hommes envers les femmes avec lesquelles ils vivent, et ce souvent avec brutalité et sévices corporels. Sans parler des petites filles qui sont hélas souvent, et depuis toujours, les victimes sexuelles de leurs pères, oncles, frères, etc... Si cette situation-là pouvait vraiment s'améliorer tout changerait sur cette planète et l'harmonie aurait gagné, car: '' la femme est un rayon de DIEU '' ( Rûmi ).
Seul le respect des femmes donne des humains harmonieux, car enfantés et éduqués dans de bonnes conditions.

L'aspect sexuel de l'irrespect des enfants par les religieux chargés de leur " éducation ":
Le second plus fondamental des respects devrait être celui dû aux Enfants. Or beaucoup de religieux abusent sexuellement des enfants. En Inde persiste un rituel religieux où des jeunes filles, parfois âgées seulement de 12 ans, sont remises par leur famille aux temples locaux pour une cérémonie de bénédiction par laquelle elles sont violées, et ensuite entrent au service sexuel des prêtres Hindous, ce sont les "devadasis". En Occident, et dans le Tiers-Monde, c'est pire: des prêtres depuis 2000 ans sodomisent et violent les enfants. Ce n'est pas qu'une minorité: aux Etats Unis 60 % des diocèses catholiques sont touchés, et cela concerne tous les pays, le viol des enfants indigènes est pratiqué par des curés partout: des Amérindiens aux aborigènes d'Australie. Cela donne à penser que les religieux ont voulu diriger l'enseignement, pendant des siècles, pour avoir les enfants '' sous la main '', plus facilement '' ! Les humains sont maintenant en train de prendre conscience qu'ils (elles) sont TOUS, ou presque, des descendants d'enfants violés ! et ressentent comme un malaise profond cet asservissement planétaire bi-millénaire à une assemblée composée, en grande partie, d'homosexuels-pédophiles !

 

L'Eveil planétaire, passera par les jeunes qui rejetteront toutes ces religions sataniques.

L'aspect inconnu de la renaissance de l'esclavagisme:

Tiré de " L'humanité disqualifiée " par Serge Truffaut.

 

Il y a des renaissances franchement nauséabondes.
L'esclavagisme est l'une d'entre elles, si ce n'est la première d'entre elles. Depuis 15 ans, le nombre de femmes et d'enfants enlevés et vendus ne cesse de progresser. Selon un récent rapport, le monde compterait entre 700 000 et quatre millions de personnes subissant quotidiennement la tyrannie d'autrui.
Marchand d'esclaves: un métier d'Avenir !
Le rapport sur l'esclavagisme dans le monde publié tout récemment par le département d'État américain est le deuxième, et seulement le deuxième, du genre. Que l'on ne se soit pas consacré à l'étude de ce phénomène antérieurement est très révélateur de l'indifférence et de l'impuissance d'un nombre imposant de gouvernements. Car la renaissance d'un des pires fléaux dans l'histoire de ce qu'on appelle l'humanité ne date pas d'hier, mais bien d'avant-hier. Tout un chacun sait fort bien que la soumission d'enfants aux diktats de la production de biens est devenue de plus en plus prononcée au fur et à mesure que l'on a fait sauter les balises législatives articulées pour policer le monde du travail. Tout un chacun sait également que la soumission de jeunes femmes à des fins sexuelles s'est répandue à la vitesse grand V aux lendemains de la chute du Mur. En clair, le plus odieux des trafics a repris son essor depuis une bonne quinzaine d'années.

Bizarrement, pour rester poli, ce n'est qu'en l'an 2000 que le Protocole pour la prévention, la suppression et la punition du trafic de personnes, composé sous l'égide de l'ONU, a été adopté. À ce jour, 104 nations ont signé ce traité qui prévoit notamment l'application de sanctions à l'égard de pays n'ayant pas adopté une législation adéquate.

Autrement dit, 82 pays se moquent encore et toujours d'un protocole dont il est d'autant plus impérieux d'observer certaines règles que l'Organisation internationale du travail (OIT) assure qu'il y a bel et bien quatre millions d'esclaves dans le monde. Parmi eux, ces 82, d'après le rapport confectionné par le département d'État en association avec plusieurs ONG réparties sur le globe, 19 affichent un bilan lamentable; la plupart sont musulmans.

" Avant d'en détailler certains vices, il faut mentionner un aspect de méthode important. Le processus esclavagiste a été subdivisé en trois dimensions ou séquences. Il y a les pays-sources, soit ces nations où l'on ferme les yeux sur ceux qui enlèvent les ressortissants; l'exemple le plus notable est l'Éthiopie. Il y a les pays où l'on ne fait rien pour freiner la circulation d'esclaves ; le Mexique ou la Hongrie sont de bons exemples de cela. Il y a enfin les pays qui reçoivent ces esclaves et qui ne font rien pour empêcher leur exploitation ; les monarchies pétrolières du Golfe Persique sont les championnes du genre. Cela précisé, dans bien des pays les trois cas de figure sont réunis; le Soudan est à cet égard éloquent, si l'on ose dire.

Au sein de ce pays, des centaines d'Ougandais enlevés par des groupes de rebelles ont été réduits à l'état d'esclaves sexuels et de domestiques lorsqu'on ne transforme pas les enfants en soldats. Des centaines de Soudanais sont vendus comme esclaves à la Libye en passant par le Tchad. Pire, les autorités gouvernementales ont établi le troc suivant avec les milices armées qui lui sont proches : en échange du soutien militaire que ces dernières apportent, les autorités ferment les yeux sur leur trafic.

En Arabie Saoudite, on a beau avoir interdit l'esclavagisme en 1962 - en 1962 seulement ! -, les choses n'ont pas changé. Il n'existe en effet aucune loi criminalisant spécifiquement ce trafic. Plus choquant, toute une série de métiers sont pour ainsi dire hors convention, hors contrat, hors législation. Plus exactement, des boulots liés à l'agriculture, aux transports et autres ne sont pas du tout réglementés. Enfin, en ce qui concerne la protection des victimes, l'Arabie Saoudite s'avère l'un des pays les plus indignes qui soient.

En Russie, où ce phénomène présente un profil différent par exemple de celui de l'Arabie Saoudite, le trafic est avant tout à des fins sexuelles. La Russie est un pays-source où le recrutement à des fins de prostitution est grandement favorisé pour la simple raison qu'il n'est pas criminalisé. Là, comme d'ailleurs dans bien d'autres pays, les trafiquants profitent du vide juridique avec d'autant plus de célérité que l'investissement afférent à cette activité, ont pris soin de noter les auteurs du rapport, est beaucoup plus faible que celui inhérent à la drogue. "

http://www.ledevoir.com/2002/06/10/2837.html

Des millions de personnes sont actuellement réduites à l'esclavage, une telle abjection est tolérée !
L'aspect social de l'irrespect de l'homme par l'homme:
Actuellement l'irrespect règne partout en maître arrogant sûr de sa force - ce même au sein de nos écoles et autres établissements d'éducation - et il s'attaque avant tout aux personnes les plus faibles: les enfants, les femmes et les gens âgés car ils sont sans protection face à la violence qu'elle soit physique ou verbale. Les sous-humains ayant ces attitudes d'irrespect et d'agression envers eux ne céderont jamais par la persuasion ou les beaux discours, dont ils se moquent ouvertement.

 

Seule la crainte d'une Force Juste, Implacable, et d'action Rapide, leur impose le RESPECT.

Je le vois parfaitement là où je vis, les jeunes des banlieues françaises tentèrent dès qu'ils sont arrivés en touristes en Thaïlande de s'y comporter comme en France, l'efficacité des Thaïs et de leur police a été instantanée. Offenser verbalement, ou agresser, un Thaï, c'est au mieux l'expulsion ou/et la prison, au pire - et très souvent - la mort immédiate.

Désormais les voyous se sont passé le mot et comme par miracle il n'y a plus de problème.

L'aspect commercial de l'incitation à l'irrespect, comme technique de vente:
Deux exemples de pub T.V:

1. Un garçon et une fille sont au cinéma, il se penche vers elle comme pour l'embrasser, mais il en profite pour lui " siffler " sa boisson limonadée. Il est fier de son coup: il a simulé un rapport affectif pour "chouraver" une boisson. Bingo, quel petit malin ! Tous les jeunes sont invités à faire comme lui.

2. Une adolescente s'enferme dans une salle de bains avec un paquet de biscuits. Le reste de sa famille tambourine à la porte. On la voit à l'intérieur qui "bouffe" tout. Elle ouvre la porte seulement quand elle a terminé. La pub: " Machin-truc c'est trop bon pour partager."

Ces pubs très fréquentes, sont une apologie de l'irrespect, de l'impolitesse, et de l'égoïsme, et tout le monde trouve cela normal !

L'aspect génocidaire de l'irrespect des humains pour le profit:
Ceci est la reconstitution du supplice d'une Indienne amazonienne, seule rescapée d'une tribu exterminée par des aventuriers. La femme a été pendue par les pieds et coupée en deux dans le sens de la longueur. Ce genre d'évènement est fréquent dans la sylve mais généralement l'on n'en entend pas parler. " Le massacre des Indiens " par Lucien Bodard, édition Le Cerle du Nouveau Livre d'Histoire.

Cette photo doit dater des années 60/70, mais ce passé n'est pas révolu.

Explication:

La forêt amazonienne est riche de ressources de toutes sortes, mais la loi brésilienne pour la protection des Indiens est qu'aucune concession d'exploitation de mines, de bois ou d'autres choses, n'est accordée sur un territoire peuplé par des indiens. Quelle que soit la demande, une mission d'étude doit d'abord déterminer si le territoire est occupé par des villages indiens, ou non.

Grâce à quoi des compagnies "malignes" payent des hommes de main pour exterminer le ou les villages existant et effacer leurs traces, ce qui d'ailleurs se fait naturellement dans ce milieu, après quoi la demande est faite, l'enquête conclue qu'il n'y a pas d'Indiens sur le domaine demandé et la concession est accordée. C.Q.F.D !

Cela ne s'arrête pas là, les Indiens servent de cobayes: des scientifiques américains, par leur expérimentations, en auraient tué récemment des centaines ! Cela a été dénoncé par l'American Anthropological Association.

Saturday, 23 September, 2000, 14:05 GMT 15:05 UK

Amazon geneticist 'killed hundreds' by Alex Kirby

http://news.bbc.co.uk/low/english/world/americas/newsid_938000/938915.stm

L'aspect suicidaire de l'irrespect de la terre:
L'irrespect règne partout en maître arrogant sûr de sa force aussi dans le domaine économique et jusqu'au niveau des états.

Exemple unique:

" Concernant notre Mère Terre, la France lui prouve encore et toujours qu'elle s'en soucie bien peu puisque 375.000 tonnes de nitrates ont été rejeté dans l'Atlantique en 1999, soit près de 2 fois plus qu'en 1985 (200.000 tonnes), en violation de ses engagements internationaux. Aux termes de l'OSPAR, la France aurait dû réduire ses rejets de 50% entre 1985 et 1995..."

Les êtes humains authentiques respectent tout, ne fût-ce qu'un arbre ou une roche, car ils savent qu'il convient de réfléchir longtemps avant de se permettre d'abattre un seul arbre, ou de faire un trou dans la terre. Or au rythme ou l'irrespect saccage la terre il n'y aura plus aucune forêt primaire dans 20 ans seulement, et les humains suivront peu après, au mieux.

Comme il n'existe aucune force physique capable d'arrêter cela, la seule solution et de l'imposer par nos comportements de consommateurs.

La solution est de ne plus acheter un seul produit issu du saccage de la terre.

Si plus personne n'achète de bois tropicaux cela diminuera les coupes, non ?

Les autres aspects de l'irrespect:
Il est impossible de faire l'inventaire exhaustif des dégâts de l'irrespect tant ils sont importants, puisque cela va des guerres de religions contemporaines au massacre récent d'un vieillard pour le voler et dont on brûle ensuite la maison par plaisir, en passant par les abattoirs, la vente des enfants aux réseaux de pédophilie et j'en passe.

Un seul exemple que personne ne connaît: l'irrespect de la terre - qui a entraîné directement la désertification, la déforestation, les accidents industriels, et indirectement les catastrophes naturelles - a obligé 25 millions de personnes à fuir les tragédies écologiques.

Théoriquement, ils n'existent pas.

25 millions de réfugiés écologiques.
par Marina Julienne

" Théoriquement, ils n'existent pas. En tout cas, on ne leur reconnaît pas le titre de « réfugiés », réservé, selon la Convention de Genève, à ceux qui doivent quitter leur pays à cause de persécutions liées à leur race, leur religion, leur nationalité ou leurs opinions politiques. Sans cette reconnaissance, ils ne peuvent espérer une admission de responsabilité de la part de la communauté internationale, et une prise en charge."

Le monde comptait pourtant plus de 25 millions d'« écoréfugiés » en 1998, un chiffre plus élevé que celui des gens fuyant un conflit (23 millions), affirme le rapport 2001 du Fonds des Nations Unies pour la population.

Ces gens quittent leur maison, parfois leur pays, à cause de catastrophes provoquées par la nature... et par l'homme : le nuage radioactif de Tchernobyl, les inondations près du barrage des Trois Gorges en Chine, la submersion annoncée de l'archipel de Tuvalu en Polynésie, la désertification du Sahel, pour ne prendre que quelques exemples majeurs.

Le phénomène de ces écoréfugiés n'est pas nouveau. Les grandes sécheresses des années 1970 avaient déjà provoqué le départ de dizaines de milliers de personnes du Sahel. « Déjà en 1964, le barrage d'Akosombo au Ghana avait contraint 80 000 personnes à quitter la région, et la construction du barrage d'Assouan a obligé 100 000 Nubiens d'Égypte et du Soudan à partir », rappelle Véronique Lassailly Jacob, géographe au Centre national de la recherche scientifique en France.

À chaque éruption volcanique, à chaque raz-de-marée, des milliers de personnes fuient leurs champs et leurs maisons... Mais la combinaison de plusieurs facteurs comme l'épuisement des ressources, la destruction de l'environnement et la croissance démographique risque d'augmenter le nombre de ces vastes mouvements de population. « Comment distinguer une personne qui fuit la misère d'une personne qui fuit la dégradation de l'environnement ? » s'interroge Hervé Domenach, directeur de recherche au laboratoire population-environnement de l'Institut de recherche sur le développement.

Et comment dire qu'une catastrophe environnementale - inondation ou incendie - est attribuable à l'homme ou à la nature ? Certains cas, pourtant très médiatiques, sont litigieux.

Ainsi, la Nouvelle-Zélande s'apprête à recevoir dès l'an prochain les « exilés climatiques » des îles de Tuvalu.

À cause du réchauffement de la planète et de la montée des eaux, 11 000 personnes doivent fuir ces 26 kilomètres carrés bientôt engloutis.

Les îles Maldives risquent de connaître le même sort, mais cette fois il s'agit de 300 000 habitants. Devra-t-on parler de catastrophe naturelle ? Ou des effets d'un changement climatique dont la responsabilité incombe à la communauté internationale ? Faudra-t-il dans ce cas parler de réfugiés et les prendre en charge ?

Faute d'être reconnus comme « réfugiés écologiques », certains s'abritent derrière l'étiquette de réfugiés politiques pour échapper à la misère. « En 1992, explique Véronique Lassailly Jacob, des milliers de personnes ont fui la sécheresse du Mozambique pour se réfugier en Zambie qui avait intérêt à gonfler ses effectifs de réfugiés politiques pour bénéficier d'une aide internationale plus importante. Dans ce pays, les réfugiés ne se sont pas installés dans des camps, mais sur des terres cultivables, où ils travaillaient comme agriculteurs : ils bénéficiaient de la production mais n'avaient qu'un droit d'usage de la terre. » Tout le monde était gagnant. Après la sécheresse, ces habitants du Mozambique sont retournés chez eux sans même attendre les rapatriements officiels. "

Vous pouvez lire le texte complet dans le magazine Québec Science.

Mieux vaut prévenir que guérir:
Le respect s'enracine dans l'amour de l'homme pour l'Universel et la compréhension des états de conscience différents des nôtres.

Le Respect doit s'étendre à tout ce qui est la Terre elle-même, et aux formes de vie qu'elle a fait naître.

Le Respect doit être la valeur centrale de l'éducation de la jeunesse, avec ses symboles vivants que sont, en tout premier lieu, le salut respectueux des aînés et des maîtres, mais aussi des tenues vestimentaires correctes et une attitude polie, car l'inverse n'est rien d'autre qu'une agression indirecte envers autrui.

Le Respect doit aussi être étayé par la Force qui l'impose aux esprits orgueilleux et rebelles cherchant à exister socialement par l'agressivité et l'incorrection, ou à s'enrichir au détriment de tous. Par Force j'entend aussi bien la Force Publique, que la force morale individuelle d'affronter un adversaire plus puissant que soi. Ne confondons pas agressivité et violence.

Conclusion sur un Monde d'Harmonie:

Nous devons instaurer une société sans agressivité dans les rapports humains,

parce que fondée, sur l'éducation dès le plus jeune âge, au Respect d'autrui:

Une société d' Harmonie.

 

Mais, " l'homme étant mauvais dès sa naissance " (Genèse) soit dit en citant la Sainte Fable, pour que cette société d'Harmonie puisse naître et durer, doit exister en son sein - et en sus de l'éducation - une Force qui précisément réprime l'agressivité et l'irrespect d'autrui, au besoin avec la violence rendue nécessaire par le besoin d'efficacité.

Le besoin de cette Force, et son Droit Individuel, doivent être reconnus.

La justice sans la force est impuissante (Blaise Pascal)

Si ce couple, qu'est cette Education complétée par cette Force, et ce Droit n'existent pas, l'agressivité se développe sans freins, ce qui est précisément le cas dans nos sociétés occidentales qui soi-disant respectent les " droits de l'homme", l'homme en ce cas précis devant être compris comme l'agresseur, car la faible victime, elle, n'a aucun droit.

 

Comprenons bien que :

Stigmatiser la Force en tant que Principe Absolu est une Utopie qui conduit à permettre à l'agressivité de se développer sans limites car sans obstacles, ce que nous voyons tous les jours.

Un être humain pleinement éveillé est un Océan de Paix intérieure, certes ! car il n'y a en lui aucune agressivité envers autrui, il est "bon" selon le langage des serfs-veaux, mais il possède aussi en lui le glaive de la violence la plus acérée qui soit.

Jésus n'a-t-il pas chassé avec violence les marchands du temple ?

pour reprendre une seconde fois les termes de la Sainte Fable.

Voici ce qui se passe quand un homme s'est libéré des implants psychiques:

il devient simplement Lui-même.

C'est à dire une force comparable à celle des énergies naturelles, car il n'a pas de peurs ni d'intentions personnelles.
Ses actes émanent de lui comme la chaleur émane du feu ; comme le feu qui en lui-même n'a aucun but personnel comme éclairer, chauffer, ou détruire.

L'enfant s'approche trop du feu, se brûle, et dit le "feu est méchant".

Le Feu n'est ni bon, ni méchant, car ces mots n'ont AUCUN SENS, Il est. Point.

C'est à nous d'en apprendre l'usage, et selon notre intelligence de nous détruire,

ou de savoir l'utiliser pour ses aspects bénéfiques.

Le comportement d'un homme vrai, libéré, est identique au feu c'est à dire spontané, " il " ne "pense pas" , ne désire rien et ne craint RIEN, ce qui fait que, vue extérieurement, son attitude paraît aux gens totalement incompréhensible, voire violente.

Enfin et pour finir, existe une démarche individuelle visant à sortir de cette dimension du monde, c'est notamment celle du Bouddhisme, mais cette démarche ne s'applique pas à l'éradication de la violence dans le monde par principe (ce qui est par nature très difficile) mais à instaurer une parfaite Harmonie en nous, ce qui - évidemment - implique en tout premier lieu l'absence totale d'agressivité.

En supprimant l'agressivité en nous, nous réduirons considérablement celle du monde, dont nous faisons partie, et donc du crime ! C.Q.F.D.

Mais, ils ne seront définitivement abolis que le Jour où chaque âme, en en prenant le contrôle, fera de son enveloppe charnelle un HOMME ou une FEMME, car : '' l'Homme n'est que l'ombre de L'HOMME, L'HOMME n'est que l'ombre d'un christ '' ( âme de Raphaël c 1, p 5 ).

Ceci dit, voici un exemple remarquable, tiré du livre du Dalaï lama : ''Le Dalaï lama parle de Jésus-Christ".

Au cours d'une conférence réunissant plusieurs représentants des différentes religions, un moine chrétien, a demandé au Dalaï lama : '' peut-on être violent par compassion ? ''

Et le Dalaï lama a répondu :

''Oui, dans certain cas, mais c'est une violence dénuée de haine et de souffrance. Siddharta, lui-même y a eu recours, dans une de ses précédentes réincarnations où il était marchand. A cette occasion, il devait prendre un bac, afin de traverser une rivière. Ayant reconnu le passeur, comme étant un assassin recherché et pouvant lire dans ses pensées, il s'aperçut que celui-ci, avait pris la décision, de tuer tous les passagers, pour les voler. Il l'a donc mis à mort pour lui éviter de subir le karma de cette mauvaise action, lors de sa prochaine réincarnation".

Les récits des vies antérieures du Bouddha, (Les Jakatâs), dont cette anecdote, ont été la base de son enseignement jusqu'à sa mort à l'âge de 80 ans.

 

L'agressivité est un comportement (négatif), tandis que la violence est une Energie (positive).

Me suis-je bien fait comprendre ?

Conclusion:

'' La Maîtrise de soi engendre le Respect, le Respect engendre L'Ordre, L'Ordre engendre L'Harmonie, et Celle-ci détient le Pouvoir de mettre Fin à toute forme de mal ''.

Voici l'une des Pensées dont le dernier nombre se trouve sur cette page qui sont inspirées à l'âme de Raphaël par notre SOURCE-Mère-Energie-Conscience en mérite de trente années de Soif de pureté parfaite d'Esprit, de Maîtrise de soi, de Respect de TOUTE forme de Vie, et de Gratitude. Voir sa page de poèmes remarquables et ses 7 sites (à la page de liens) dont le site Pureté-Parfaite qui est exceptionnel, bien loin de la fausse spiritualité qui entartre internet car c'est le Seul Site planétaire qui ne s'adresse qu'à la Sagesse de l'âme. ( 1 corinthiens 2, 7 ).

 

Chien de prairie par Bev.

Sens-de-la-vie.com, un petit site qui ne se laissera jamais écraser par les maîtres du monde, vous dit: nous avons à reconquérir notre propre humanité, ce qui implique obligatoirement de RESPECTER tout être et toute chose, et pour cela prendre conscience du Sacré qui est présent en TOUT.
Ci-contre Paem et Lane deux jeunes lycéennes de ma famille, éduquées comme tous les jeunes Thaïs: sur les bases du Respect.

Comme les Thaïs, nous devons instaurer une société sans agressivité dans les rapports humains, parce que fondée sur l'éducation dès le plus jeune âge au Respect d'autrui, basée sur La Philosophie des rapports de Respects, se substituant à celle que nous connaissons, depuis des siècles, à l'origine de toutes les souffrances: les rapports de force !

 
Seule cette attitude juste mettra fin à la violence et à la destruction de notre planète.

Voir lien un site pour les jeunes sur les valeurs du Respect.

 

Ce Webmestre me hérisse !

xxx Plus l ' droit de faire tout sk ' on veut ? l' est Dictateur ce gonze !

 

Vous pouvez compléter l'étude de ce sujet par la lecture des 6 liens activés de cette page, correspondant aux adresses url citées, ou aux mots mis en exergue ainsi, ou ainsi.

 

Maintenant voyons la seconde base fondamentale

L'Harmonie.

 

La suite en cliquant sur ce logo.

Découvrez le challenge de ce site et son Mouvement 

© Textes - Ampewi Nunpa.

 Participez ! 

Created november 18, 2001 - Updated october 9, 2011