Les idées contenues dans le site prennent vie !
Après 12 ans d’existence, près de 20 millions de visites et un travail colossal réalisé par son auteur et une petite équipe…

DECOUVREZ L’ASSOCIATION VERS UN SENS DE LA VIE ET SES ACTIONS SUR www.versunsensdelavie.com

Lisez L'Avertissement Légal et les Conditions D’Usage avant votre lecture du site.

sens-de-la-vie.com vous permet de vérifier le niveau de fiabilité des informations que vous y lirez en placant la flèche de votre souris sur l'un de ces symboles qui sont - ou seront - en tête de chaque page, pour connaître leurs significations, mais aussi en vous invitant à vérifier vous-même les sources qui sont toujours indiquées soit dans les textes, soit dans les liens. Vous êtes invité à y réfléchir, sans que jamais il ne vous soit demandé de croire.

Le regard juste qui est le fruit d'une expérience directe.Le fruit d'une déduction logique.Une information de source probablement sure. La fiabilité de la ou des source(s) ne peut pas être garantie.


| L'Esprit du site | Pourquoi ce site ? | Rechercher | Thèmes | Notre Mouvement | Devenez Partenaire | Sommaire d'Hypatia | Editorial |

 

Hypatia - symbole de sens de la vie  - vécu il y a 16 siècles. Elle fut philosophe et mathématicienne, la personnalité la plus marquante de l'ère de la Grande Bibliothèque d'Alexandrie.

HYPATIA

Page 17 sur 18

Restaurer l'Harmonie

pour tout ce qui vit et à tout jamais

English version & Version en Castellano.

 

Hypatia, un site pour percer le brouillard de l'ignorance. (Ampéwi Nunpa)

 Depuis le 18 nov 2001 vous êtes la [an error occurred while processing this directive] ème visite de sens-de-la-vie.com (Site et Forum).

   

 

Le fruit d'une déduction logique.

Libérez votre esprit du conditionnement de tous les pouvoirs.

Sommaire

L'Homme, tel qu'à l'origine, vivait en harmonie avec le monde.

La seconde vision du Monde, celle de la "civilisation".

En quoi consiste la Libération, et comment l'atteindre.

Pourquoi cette harmonie millénaire disparut-elle ?

Les humains, bétail des dieux, ou bien des choses s'expliquent.

La confiscation et le détournement de la vraie foi, sur le judaïsme, sur le christianisme et sur le new age.

La lutte de l'Invisible pour vampiriser l'humanité, et son corollaire l'asservissement de l'humanité par les maîtres du monde avec l'aide de l'Invisible.

Retrouver l'harmonie pour tout ce qui vit.

I - L'Homme, tel qu'à l'origine, vivait en harmonie avec le monde.

" L'Indien d'Amérique du nord, se distingue par certaines choses, certaines perceptions qu'il a de lui-même par rapport au monde qui l'entoure, il croit que la nature est bonne et que l'homme est bon puisqu'il en fait partie. Des littoraux couverts de brume où vivaient les Duwamish, aux hautes vallées couvertes de trembles où vivaient les Paiutes, la beauté accorde sa bénédiction à l'homme et à la terre. L'éloquence des indiens à ce propos surprenait les blancs, William Penn dit qu'il ne connaissait aucune langue européenne qui posséda "plus de mots de douceur et de grandeur que les leurs."

L'identité de l'Indien d'Amérique est fondée sur un certain nombre d'équations qui constitue une philosophie, une vision du monde inhérente et, de ce fait définitive, qu'il exprime par ce chant :

Tu vois, je suis vivant

Tu vois, je suis en accord avec la terre,

Tu vois je suis en accord avec les dieux,

Tu vois je suis en accord avec tout ce qui est beau,

Tu vois, je suis en accord avec toi,

Tu vois, je suis vivant, je suis vivant.

L'Indien se conçoit par rapport à sa terre. Sa conception de lui-même est aussi, et avant tout, une conception du monde physique dont il est issu et où il retournera au terme de son voyage. Le paysage demeure son élément naturel, la seule dimension dans laquelle la vie soit possible. L'idée qu'il soit indépendant de la terre, ou qu'il puisse en être séparé en conservant son intégrité lui est étrangère ; une telle notion est fausse et par conséquent indigne de lui.

A ses yeux la terre est sacrée puisqu'elle exerce sur lui une influence subtile et qu'elle est chargée de vie. C'est une entité vivante dans laquelle les entités vivantes trouvent leur origine et leur fin. L'Indien ne perd jamais de vue cette notion ; il est éternellement lié à la terre par son esprit. Cette perception peut paraître extraordinaire aux autres peuples, mais il s'agit pour l'Indien d'un sentiment en harmonie avec la conduite humaine, digne de l'homme dans l'expression totale de son humanité.

C'est par l'intégration au monde naturel que l'indien assure son propre bien-être:

Tu vois, je suis en accord avec la terre

La deuxième perception de soi-même permettant de définir l'Indien, est d'ordre religieux ; c'est essentiellement un sens du sacré que l'on retrouve partout dans sa tradition.

L'Indien possède un caractère profondément religieux. Les actes de sa vie sont des actes religieux, et l'ordonnance de ses rites et de ses cérémonies en est la preuve évidente. Moins visible est l'importance de la religion sur ses attitudes personnelles les plus quotidiennes. Ses paroles et ses gestes les plus délibérés procèdent de considération religieuse. Je n'ai jamais connu d'Indien qui n'eut un sens du sacré hautement développé.

Par Scott Momaday, professeur d'anglais et de littérature comparée, Université de Standford.

Extrait de l'indien d'Amérique de National Geographic Society chez Flammarion.

Retour au sommaire.

II - La seconde vision du Monde, celle de la "civilisation".

Cette vision précédente du monde - et la relation d'harmonie qui s'établit, en conséquence, entre l'homme et celui-ci - a duré 2000 millénaires: ceux de la civilisation des chasseurs - cueilleurs - petits agriculteur, et, par hypothèse, elle ne dut pas être propre aux Indiens d'Amérique du Nord puisque les gravures rupestres des hommes de notre préhistoire témoignent du même respect dévotionnel de la nature.

Mais en Eurasie, elle fut évincée par l'apparition d'une vision du Monde beaucoup plus élaborée, dont la forme la plus complexe se trouve dans les textes védiques de l'Inde, et plus particulièrement la Bhagavad-Gîtà qui en est la synthèse.

Que dit-elle ?

La Bhagavad-Gîtà, quatrième chapitre - versets 1 et 2, nous dit que le Seigneur Krishna, émanation plénière de Vishnu, énonça la Bhagavad-Gîtà pour la première fois à son disciple le déva du soleil Visvavàn, il y a environ 120.400.000 ans, mais aussi que c'est au début du tretà-yuga (le deuxième âge), que Visvavàn enseigna à Manu, père de l'humanité, cette Science qui permet à l'homme de retrouver la relation l'unissant à Dieu ou Source-Mère de toutes choses, et qu'à son tour Manu la transmit à son fils, Isvàku, roi de la terre et ancêtre de la dynastie Raghu, il y à de cela quelques 2.165.000 ans.

Le but de cette Science suprême consiste tout simplement à mettre fin à la dualité illusoire qui existe en nous, et à "éveiller" notre Conscience "christique" ou "bouddhique", on ne peut être plus clair:
"Sous l'influence des trois gunas (ignorance, passion et vertu), l'âme égarée par le faux ego croit être l'auteur de ses actes, alors qu'en réalité ils sont accomplis par la nature." III. 27

" Celui qui se situe au-delà du doute et de la dualité, qui est affranchi du péché, qui travaille au bien de tous les êtres et dont les pensées se tournent vers l'intérieur, celui-là réalise l'Absolu et atteint la libération." V. 24

Ce livre sacré enseigne aussi que l'Univers - dans toutes ses dimensions - est peuplé de deux catégories d'êtres: les dévas ou dieux, dont certains, rebelles, deviennent les asuras ou démons, et les hommes. Que ces catégories interagissent entre elles, et donc que, tant les dévas que les asuras, interférent dans l'existence humaine, tandis que de même que nous interférons sur les leurs:

"Au début de la création, le Seigneur de tous les êtres peupla l'Univers d'hommes et de dévas. Recommandant les offrandes à Vishnu (Dieu), Il les bénit en disant que ces yajnas (offrandes) vous apportent le bonheur et répandent sur vous tous les bienfaits désirables. " III. 10

D'emblée il est donc précisé à tous d'adresser leurs offrandes à la Source-Mère de toutes choses.

Plus loin ce texte précise que selon son comportement l'homme peut aussi changer de plan d'existence selon la nature des cultes qu'il rend:

" Ceux qui vouent un culte aux dévas renaîtrons parmi les dévas, parmi les spectres et autres esprit ceux qui vivent dans leur culte, parmi les ancêtres les adorateurs des ancêtres; de même, c'est auprès de Moi que vivront Mes dévots." IX. 25

 

En d'autres parties des Védas il est clairement indiqué que les dévas sont attachés à leur forme d'existence, et donc ressentent beaucoup plus difficilement que l'homme le désir de quitter définitivement cet Univers.

En conséquence: de ces trois catégories d'êtres, la plus élevée n'est pas celle des dévas même s'ils jouissent d'une longévité considérable, mais bien celle des humains, car c'est la forme privilégiée pour accéder à la Libération.

Toutefois, peu d'hommes le désirent et donc y parviennent, car ils préfèrent rendre des cultes aux dévas, cultes dont les bénéfices sont immédiats:

"L'homme peu averti s'attache au langage fleuri des Védas qui enseignent diverses pratiques pour atteindre les planètes des délices, renaître favorablement, gagner la puissance et d'autre bienfaits. Enflammé de désir pour les joies d'une vie opulente, il ne voit pas au delà." II. 43

" Les hommes à l'intelligence brève rendent un culte aux dévas ; éphémères et limités sont les fruits de leur adoration. Qui se voue aux dévas atteint leurs planètes, quand mes dévots, cependant, certes atteignent Ma planète, la suprême." VII. 23

" Toutes les planètes de l'univers de la plus évoluée à la plus basse, sont lieux de souffrance, où se succèdent la naissance et la mort. Mais pour l'âme qui atteint mon Royaume, ô fils de Kunti (Arjuna), il n'est plus de renaissance." VIII. 16

Ce texte reconnaît donc l'efficacité de ces cultes, mais les déconseille aux hommes et leur recommande de leur préférer la Libération, car en effet, il enseigne que la vie en ce monde est cause de souffrances sans fin et que par ailleurs, à la fin du cycle de cet univers, les dieux eux-mêmes seront dissous comme toutes choses:

" Un jour de Brahma vaut mille des âges que connaissent les hommes et autant sa nuit." VIII. 17

" Avec le jour de Brahma naissent toutes les variétés d'êtres, et que vienne sa nuit toutes sont annihilées." VIII. 18

" Sans fin, jour après jour, renaît le jour ô Pärtha, et chaque fois, des myriades d'êtres sont ramenés à l'existence. Sans fin, nuit après nuit, tombe la nuit, et avec elle, les êtres, dans l'anéantissement sans qu'ils rien n'y puissent." VIII. 19

" Il existe cependant un autre monde, lui éternel, au-delà des deux états manifesté et non manifesté, de la matière. Monde suprême, qui jamais ne périt ; quand tout l'univers matériel est dissous, lui demeure intact." VIII. 20.

Donc les dieux, tout comme les démons d'ailleurs, sont pris au piège de leur condition, (1) qui n'est pas éternelle, tandis que l'homme peut se libérer (2) plus facilement qu'eux de la sienne.

Nota: chaque être humain possède au-dedans de lui la potentialité d'être un Bouddha s'il veut ainsi le devenir, et s'efforce dans ce sens. Selon Bouddha, la position de l'homme est suprême. L'homme est son propre maître, et il n'y a pas d'être ou pouvoir supérieur qui jugera sa destinée. Il a averti ses disciples d'être un « refuge par eux-même » , et de ne jamais chercher refuge ou aide de quelqu'un d'autre. Il enseigna, encouragea et stimula toute personne à développer son être et à réaliser sa propre émancipation, car l'homme possède la capacité de se libérer de tout bandage par son effort personnel, son intelligence et sa confiance en soi.

Cette libération résulte, de vie en vie, d'une lente progression passant par 6 niveaux, dont l'expérience - qui paraît extraordinaire à l'Occident - a été parfaitement décrite et surtout vécue de façon identique par des dizaines de milliers de gens, dont beaucoup sont actuellement vivants. (3)

Si vous désirez sauter la lecture des commentaires assez longs sur ce qu'est la libération.

Retour au sommaire.

En quoi consiste la Libération et comment l'atteindre.

Commentaires du vénérable ANANDA MAITRIYA Maha Nayaka Thera.

(1) Les êtres dans les états célestes sont libres par rapport aux maladies et à la vieillesse, aux accidents de voiture et aux attaques terroristes – mais pourtant ces êtres divins ne sont pas libres de la mort. Autrement dit: leur vie heureuse et divine a aussi une fin. Ils sont liés au cycle des renaissances du samsara. Ils sont obligés de renaître à la fin de leur existence céleste. Même Brahma qui demeure dans des états spirituels très élevés, renaîtra quelque part à la fin de la duré des états jhæniques. Le privilège de ne pas devoir revenir sur terre est attribué uniquement aux personnes sublimes à l’état d’anægæmø. Retour à " donc les dieux ...."

(2) C’est la qualité mentale de l’individu qui détermine les possibilités de se libérer des malheurs du samsara. Tant que notre mental est lié, nous ne sommes pas capables d’atteindre cette libération. Pour s’élever aux étapes en voie de la libération il faut rompre un certain nombre de liens qui nous retiennent à la Roue des renaissances. L’enseignement de Bouddha énumère dix différents liens et quatre étapes d’élimination de ces liens.

Le disciple qui rompt les trois premiers liens, réalise l’état du sotæpanna. On dit qu’il est entré dans le courant de l’Eveil. Il a obtenu la capacité de maîtriser sa dernière pensée avant de mourir, c’est-à-dire qu’il ne renaîtra plus jamais dans des conditions malheureuses et qu’il ne pourra plus rétrograder dans la voie spirituelle. Selon les textes canoniques il renaîtra au plus sept fois. Il s’est libéré du lien de la croyance en l’existence d’une âme individuelle, du doute et de l’attachement aux règles et aux rituels cérémoniels.

Le disciple qui réduit le lien du désir sensuel et celui de l’aversion, réalisera l’état sakadægæmø. Il reviendra une seule fois sur cette terre.

Le disciple qui élimine complètement le lien du désir sensuel et le lien de l’aversion, devient anægæmø, celui qui ne revient plus jamais.

Celui qui est parvenu à l’étape ultime, a brisé le cycle des naissances et des morts et peut alors être appelé arahant. Il s’est libéré de la convoitise pour l’existence matérielle et immatérielle, de l’orgueil, de l’agitation et de l’ignorance. Son mental est pur, il en a éliminé toutes les souillures. Retour à " donc les dieux ...."

(3) Lorsqu'on pratique la méditation, il se peut que le mental erre ici et là. Il faut être très vigilant de le ramener à son point de concentration. Ainsi peut-on devenir capable de se concentrer de mieux en mieux. Si l'on pratique assidûment cette technique pendant quelques mois, plus rien ne pourra troubler le mental lors de la méditation. La concupiscence, l'avidité et la colère n'auront plus accès au méditant ; celui-ci sera libéré et son mental deviendra en mesure de se fixer sans problème, sur un point précis. Après un mois de pratique continue ou plus, ces choses deviendront de plus en plus étrangères au mental : plus de colère, de concupiscence, de jalousie...

1 - Dans sa limpidité, son mental fait voir au méditant une lumière. Celle-ci n'est que le reflet de la pureté du mental ; elle apparaît à des moments intermittents. Lorsqu'elle est perçue, il convient d'y fixer le mental ; ainsi, elle apparaît de plus en plus luisante. A ce niveau se développe le pouvoir créatif de l'esprit. Mentalement, on doit voir s'élargir la lumière sans cesse. Et, par conséquent on devient capable de l'envoyer dans l'espace vers le monde entier.

2 - Lorsque le mental se concentre sur cette lumière infinie, on acquiert la possibilité de rendre puissante la concentration, outre la sérénité et la joie véritables. En effet, on se sent être dans une sphère supérieure. Arrivé à ce niveau élevé de concentration, le mental ne sera plus souillé par les émotions et la sensualité. Cela est le second niveau de l'esprit. Ceux qui atteignent ce niveau se posent des questions sur leur corps, et se disent que celui-ci est source de tracas pour être maintenu.

"C'est probablement le niveau temporaire 2 qui fait penser à certaines personnes qu'elles ont atteint une sphère "Divine" alors qu'en fait elles sont encore dans le domaine de l'illusion du mental. Ce sont ces personnes qui se voient elles-mêmes comme des messager(e)s de l'Esprit Divin." Note du webmestre.

3 - Ils décident de finir avec tous les problèmes crées par ce corps matériel, et cherchent à vivre uniquement sur un plan mental, décidant de se libérer au niveau mental par le biais de leur technique de méditation. Cela est un haut développement du mental. Lorsque l'on accède à cet état, on devient très loin des affaires de ce monde. Ce niveau s'appelle « Arupa » . Mais cela n'est pas la fin, car après un certain temps, quand le flux de la concentration sera épuisé, on retombe dans cette nature humaine. En d'autre termes, après la mort, on prend naissance dans une sphère mentale où l'on vivrait des millions d'années dans cet état. Mais un jour, on sera obligé de retomber ici bas, de renaître comme un être ordinaire et ce, longtemps durant... Ainsi reste-t-on à l'intérieur de ce monde, dans le flot des souffrances.

Dans le monde de l'esprit ou du mental, il y a trois niveaux: la sensualité (Kamavacara), la forme raffinée (Rupavacara), l'esprit immatériel (Arupavacara). Mais dans tous ces niveaux résident l'ignorance et l'agitation, car ce n'est pas encore le plan immuable (Atta). En effet, ceux qui atteignent le degré le plus élevé de ces niveaux, sont toujours obligés de retourner en arrière pour renaître ici bas. Voilà ce que l'on appelle «samsâra» ou «roue» (de la vie).

Les trois niveaux suivants ne sont plus du monde du mental:

4 - Toutefois, ceux qui accèdent à cet état, recherchent un moyen de gagner la félicité éternelle. Il s'adonnent à la pratique de la méditation Vipassana. Ceux qui la pratiquent, en outre analysent leur corps ainsi que leur mental, comme nous l'avons dit. En poursuivant la pratique de la méditation Vipassana, on perçoit la nature réelle de l'esprit et du corps. Quand on sera capable de voir sans cesse la nature impermanente du corps et de l'esprit (ou du mental), on deviendra lassé, éprouvera la nécessité de mettre terme à ce phénomène. Peu à peu, l'attachement à l'existence se réduit. Car l'œil du mental est en développement. De même, plus on peut voir les choses en leur propre perspective, moins on s'y attache, se libérant des désirs du corps et du mental.

Au terme de sa pratique de la méditation Vipassana, son œil intérieur s'ouvre un certain moment.

"Ce qui induit n'importe quand, et en dehors de tout contexte lié à une activité de l'instant où cela se produit." Note du webmestre.

Par conséquent, on s'aperçoit que la nature du monde est agitation, impermanence et non-substance.

Par la suite, l'image de nibbâna apparaîtra à l'esprit ; on expérimentera pour la première fois la félicité. Cette étape préliminaire de l'expérience s'appelle «Sotapati» (entrée dans le courant).

"C'est probablement le niveau temporaire 4 qui fait penser à certaines personnes qu'elles sont déjà libérées, alors qu'elles ne le sont pas encore, car le terme première fois implique qu'il y en aura au moins une autre. Parfois elles se croiront au niveau des grands instructeurs de l'humanité comme Jésus ou du Bouddha. Ce texte est très clair." Note du webmestre

5 - Quiconque expérimente cette félicité devient attiré par nibbâna. S'il poursuit sa pratique, son attachement se réduit graduellement, jusqu'à ce qu'il parvienne à voir nibbâna.

"Cette remarque confirme que la vision précédente n'a été que temporaire." Note du webmestre

Ainsi donc,le désir du monde devient si amenuisé au point que le sujet ne prend naissance ici-bas, qu'une dernière fois peut-être. Cet état s'appelle «Sakadagami» . Il convient tout de même d'être sûr d'avoir été purifié de tout attachement au monde. Le sujet continue son examen par une pratique assidue de la méditation Vipassana. A la fin, il sera apte à déraciner de lui tout attachement, pour enfin se libérer totalement.

6 - Lorsqu'il sera affermi dans ce troisième niveau, il atteint nibbâna (nirvana en sanscrit) ; il est appelé «Anagami» (celui qui ne retourne pas). Il ne retournera plus dans ce monde, ayant atteint une sphère infiniment supérieure qu'il ne tiendra jamais à abandonner. Il constate la faiblesse de son esprit, et éprouve la nécessité de continuer sa pratique de la méditation Vipassana. Il découvre la véritable nature du monde, et celle de son propre état intérieur. Il ne subit plus aucun attachement au monde, car la parfaite sagesse est éveillée en lui.

Dans nibbâna, il est illuminé, resplendissant comme un soleil. C'est cela le but de notre vie, et c'est la perfection. Celui qui atteint ce stade est nommé «Arahat» , c'est à dire parfaitement saint.

Voilà la libération de la vie, de la renaissance, de la mort et de tous les troubles qui les accompagnent. Voilà pourquoi on doit pratiquer la méditation vipassanâ.

La majorité des fondateurs de religions s'estimaient comme étant des incarnations de dieux ou inspirés par Dieu. Bouddha n'a reçu aucune inspiration ou pouvoir extérieur de dieux, attribuant toutes ses réalisations et accomplissements aux efforts humains, et à l'intelligence humaine. Après avoir accompli le dasa paramita, Bouddha déclara que seul un homme, et non pas même des dieux peuvent réaliser le but ultime de la bouddhéité.

Chaque être humain possède au-dedans de lui la potentialité d'être un Bouddha s'il veut ainsi le devenir, et s'efforce dans ce sens, d'ailleurs s'il est exact que ses fervents le vénèrent, néanmoins ils ne le prient pas au sens chrétien du terme, car ils sont conscients de son humanité. Retour à " donc les dieux ...."

Enseignement du bouddhisme Théravada.
Retour au sommaire.

III - Pourquoi cette harmonie millénaire disparut-elle ?

On peut supposer que cette forme de civilisation connu elle aussi une période d'harmonie, comme le mentionne la Tradition, mais elle disparut, depuis au moins 5000 ans, et, comme tout un chacun peut le constater, nous a conduit à une situation de chaos.

Pourquoi est-ce ainsi ?

La même Bhagavad-Gîtà donne aussi la réponse:

" Mais les ignorants et les incroyants, qui doutent des écrits sacrés, ne peuvent devenir conscient de Dieu. Pour celui qui doute, il n'est de bonheur ni dans cette vie, en ce monde, ni dans la suivante." IV. 40.

" Ceux dont le mental est déformé par les désirs matériels se vouent aux dévas ; ils suivent, chacun selon sa nature, les divers rites propres à leur culte." VII. 20

" Ainsi égarés, ils chérissent des vues démoniaques et athées. Vains sont leurs espoirs de libération, vains leurs actes intéressés, vaine leur aspiration au savoir. " IX. 12

"O descendant de Vrsni, qu'est-ce qui, même contre son gré, pousse l'homme au péché comme s'il y était contraint ?" III. 36

" Le Seigneur bienheureux dit : c'est la concupiscence seule, ô Arjuna. Née au contact de la passion, puis changée en colère, elle constitue l'ennemi dévastateur du monde et source de péché. III. 37

La réponse est extrêmement claire: il n'est du d'offrandes qu'à la Source-Mère de toute choses, ceux qui rendent un culte aux dévas, par suite de leur ambition matérielle, sont dans l'erreur et la concupiscence qui les pousse à agir ainsi est le facteur dévastateur du monde.

Depuis l'enseignement de la Bhagavad-Gîtà jusqu'à nos jours tous les maîtres authentiques ont enseigné qu'il ne fallait pas rendre ces cultes, et se consacrer uniquement à l'éveil de notre Conscience Divine, et cependant c'est en leurs noms que les cultes aux dévas se perpétuent, et ce jusqu'aux temps actuels, dans le mouvement New Age. Sans parler des cultes aux asuras qui n'ont jamais disparus y compris au sein des églises.

Pourquoi cela ?

Retour au sommaire.

IV - Les humains, bétail des dieux.

" Dans le domaine spirituel, innombrables sont les humains qui confondent l'apparence et la réalité. Dans leur enfance, on leur a pourtant lu l'histoire du loup au museau enfariné, mais lorsque ce méchant vient frapper à leur porte en bêlant des mots de paix et d'amour, ils se laissent prendre. Ah, les mots d'amour! On trouve sur internet des sites New age qui ne parlent que d'êtres de lumière et d'amour. Une personne émotionnellement immature va se laisser pincer. Le but de ces messages n'est pas innocent. II sert à contrer l'action de l'Esprit de Vérité en créant une grille de vaine sentimentalité autour de la Terre. Mais le New age refuse tout débat critique.

De nouvelles " révélations " paraissent quotidiennement. A quoi cela sert-il puisque ces messages à l'eau de rose se répètent inlassablement ? Les messages évoluent au fur et à mesure que les entités désincarnées qui inspirent les channels pompent de nouvelles données dans les véritables enseignements spirituels qui ont été édités par écrit. Sans cela, ces entités n'auraient rien à dire ou tout au plus des paroles ressassées du genre " Je suis Jésus et je vous dis de vous aimer les uns les autres " ou des pseudo-prophéties pompées sur l'Apocalypse de Jean. Ils pillent les traditions anciennes qu'ils remettent en circulation sous la forme de " grandes prophéties des Andes ou du Tibet ". II n'y a plus aucun scrupule. "

Voici un point de vue qui mérite tout notre intérêt:

" II existe des entités parasites de l'au-delà qui savent tourner habilement leurs messages en s'aidant de doctrines ésotériques élaborées, dont le médium souvent inculte n'a aucune connaissance. On retrouve toujours des choses connues en consultant ces " révélations ". Mais ce n'est pas là l'essentiel, car il existe également des entités puissantes qui contrôlent ce jeu de dupes. Ils ressemblent un peu au patron du casino, qui va de table en table pour surveiller si tout se passe bien.

Tout ce channeling sauvage est organisé par des fraternités de l'invisible - des gangs occultes - qui veulent répandre des doctrines flatteuses comme par exemple, celle du retour du Christ et l'avènement d'un âge d'or. A priori, un être humain idéaliste et généreux apprécie l'idée d'un retour du Christ ou de l'âge d'or.

Mais s'il n'a aucune notion traditionnelle ni un véritable ancrage intérieur, il est prêt à croire tout ce qu'on voudra. Au plus haut niveau, cette manipulation relève de la politique occulte en vue de conditionner les masses avec certaines formes-pensées."

A qui profite l'arnaque ?
" II existe plusieurs groupes occultes qui ont prétention de savoir ce qui est bon pour l'humanité, et qui veulent la diriger - sans lui demander son avis, bien entendu. Pour y voir plus clair, nous allons exposer des données étranges qui sont généralement inconnues, y compris de ceux qui se targuent de posséder une culture ésotérique et même une expérience mystique et magique.

Examinons ce qui se passe derrière les voiles du monde invisible. Par simple déduction, on peut déjà aller très loin, car la logique règne dans toutes les dimensions.

A travers la multiplicité des courants spirituels et ésotériques qui sont manifestés ici-bas, on constate que les puissances occultes sont nombreuses et poursuivent des buts divers et souvent radicalement opposés. Comme toutes les autres créatures, les entités des domaines invisibles sont animées par l'instinct de conservation. Cela les oblige à user de tous les moyens à leur disposition pour accroître leur espace vital ou se défendre lorsqu'elles sont menacées. Or, depuis quelques siècles, ces puissances sont en effervescence, car dans la grande banque de l'invisible, leur compte est dans le rouge. Autrement dit, il y a une crise énergétique. Quantitativement et qualitativement, certaines énergies leur font défaut. II est donc grand temps pour elles de réagir pour reprendre les choses en mains. L'agitation qui règne sur la terre s'explique par ce remue-ménage dans les dimensions invisibles de notre planète.

Qui sont ces êtres qui vivent sur des plans supérieurs et qui pourraient se sentir menacés. Et par quoi ?
" Ce sont des entités anormales qui " squattent " dans l'au-delà en soutirant leur vitalité aux créatures de la Terre.

Dans l'univers, tout organisme doit s'alimenter. Le monde invisible n'échappe pas à la règle. Normalement, l'activité déployée par l'homme génère du carburant utilisable par les êtres dépourvus de nos organes d'assimilation.

Nous inhalons des énergies cosmiques que nous transmutons, et que nous ré-émettons sous des formes subtiles. Privés de cette capacité, des êtres ne disposant pas de nos organes physiques, peuvent parfaitement se maintenir dans l'au-delà de manière anormale, en se branchant sur ces courants d'énergie extraits de la pile humaine.

C'est le grand secret de la vie dans l'au-delà tout est nourriture. Alors que les êtres divins - les anges réguliers - puisent leur énergie directement à la source des rayonnements cosmiques, au contraire, les entités rebelles qui sont attachés au plan terrestre utilisent l'homme comme relais énergétique. Ils y sont contraints s'ils veulent continuer à survivre dans l'au-delà en dehors du temps qui leur est accordé entre la mort et une nouvelle naissance.

C'est là une vérité fondamentale qu'on dissimule aux êtres humains afin qu'ils continuent à produire de l'énergie sans se révolter. Car cet échange énergétique prend un caractère de vampirisme lorsque les créatures de l'au-delà sont aussi avides que nombre d'habitants de la Terre. Pourquoi seraient-elles différentes de ce qu'elles ont été durant leur vie ? Elles ne sont pas plus conscientes, et même beaucoup moins.

Depuis des millions d'années, il s'est organisé une vie parasitaire dans le monde invisible, une vie qui n'est que le reflet des structures sociales, politiques et religieuses des diverses civilisations qui se sont succédées. Cette vie fantomatique est fortement développée sur le plan astral avec ses aspects supérieurs faussement " angéliques " ou au contraire ses enfers grouillant d'entités rétrogrades ainsi que la vermine vivant des passions inférieures de l'humanité: vices, perversions, excès, crimes... toutes les passions fournissent de la nourriture. Il faut comprendre que toute cette vie anormale n'est que la conséquence de notre manière de vivre, de penser et de sentir. L'homme qui était originellement un " dieu créateur " alimente ces domaines invisibles par sa pensée et ses émotions.

Lorsqu'un médium, un voyant ou un occultiste entre en contact avec ces plans invisibles et leurs habitants, il se croit arrivé dans un monde spirituel et lumineux, mais, c'est là une erreur funeste car l'au-delà n'est que l'envers du monde matériel. Comme ici-bas, il faut manger ou être mangé. II n'y a que dans le Royaume de Dieu qu'on se nourrit d'Amour, de Justice et de Vérité. On s'y nourrit de forces divines pures, alors que dans l'au-delà, ces forces sont dégradées et l'homme qui les capte est exploité par les " princes de ce monde ".

Donc, qu'il le veuille ou non, l'être humain nourrit le monde invisible sur les dimensions éthériques, astrales et mentales.
" Il fournit la précieuse essence cosmique que lui seul peut synthétiser grâce à son organisme physique sophistiqué, avec son système nerveux et glandulaire. En retour, les êtres qui dépendent de l'homme se comportent de manière à satisfaire ses croyances et ses idéaux. Ils peuvent parodier le Christ ou tout autre être divin.

Normalement, dans un univers divin, tout se passe harmonieusement, sans qu'on puisse parler d'exploitation du plus faible par le plus fort. Mais la Terre n'est plus tout à fait une planète réglée normalement. Si nous sommes un peu éveillés, nous avons remarqué certains déséquilibres graves dans la société et en nous-mêmes. Ces anomalies semblent si dramatiques que des " sauveurs " viennent régulièrement en ce monde pour tenter d'y remédier. Nous ne sommes pas dans le secret des dieux et nous n'avons aucun moyen d'évaluer si cela va mieux ou si cela va plus mal. Les théories évolutionnistes et spiritualistes prétendent que tout va de mieux en mieux, mais c'est pure spéculation. Nous pouvons toutefois comprendre que ces anomalies ne sont pas inhérentes au plan matériel, mais que les dérèglements énergétiques se répercutent sur d'autres dimensions, puisque tout est lié.

II s'agit d'entités qui font partie de la haute hiérarchie occulte des égrégores. Pour ces êtres qu'on appelle les " anormaux de l'au-delà ", et qui veulent survivre indéfiniment sans redescendre dans le physique, la situation actuelle est limite. Il y a un déficit de nourriture subtile, (depuis la crise de l'église catholique, note du webmestre) et leurs abris de l'astral s'effritent et se désagrègent.

En clair, le faux paradis astral - la Grande Babylone - est en décomposition, et comme dans la nature ordinaire, ce sont les plus démunis qui souffrent le plus, car les " dignitaires " de la bourgeoisie occulte ont accumulé des réserves. Mais la qualité globale des énergies est en baisse. Cela explique la vulgarisation et !a dégradation des rites religieux. La décadence et la confusion."

Les carottes du new age.
" On commence à saisir le problème. Voilà donc pourquoi, il y a tant de résurgences ésotériques à notre époque, et pourquoi autant de médiums et de channels sont chargés de diffuser des messages pour restimuler l'intérêt des hommes en direction d'une sphère invisible que nous avons délaissé depuis des siècles.

La réalité est plus complexe car de nombreuses entités anormales qui refusaient de se réincamer sur le plan physique, et qui vampirisaient l'humanité, vont devoir descendre au charbon. Cela ne leur fait pas plaisir de remettre les pieds sur le plancher des vaches, après avoir goûté aux délices du Dévachan - la Califomie de l'astral - depuis des siècles, et même depuis des millénaires comme c'est le cas pour les grands éons qui ne sont pas soumis la naissance et à la mort.

Les plus élevés dans la hiérarchie occulte échapperont à cette " déportation dans le camp de la mort " du plan physique, mais les autres vont devoir mettre les mains dans le cambouis pour remettre la machine en état. L'ordre établi par Lucifer est solide, il se protège bien, et il a encore les moyens d'assurer sa continuité y compris durant les révolutions de l'ère du Verseau."

Tiré de la revue "Undercover" no 3, Septembre 2002. 40 rue Paradis, 76530 Grand Couronne, France.

Publié par Joël Labuyère .

Voilà qui commence à nous mettre sérieusement sur la voie d'une explication rationnelle, aux agissements de tous les clergés de toutes les religions qui ont délibérément inversé le Seul et Unique Enseignement de tous leurs maîtres fondateurs.

Ce n'est pas récent: " Les Pharisiens et les scribes ont recu les clés de la connaissance et ils les ont cachées. Ils ne sont pas entrés à l'intérieur, et ceux qui veulent entrer, ils les en empêchent. Vous soyez attentifs comme le serpent et simples comme la colombe. " Parole de Jésus. Logion 39 de l'évangile de Thomas, faisant partie des 53 parchemins écrits en langue copte sahidique, proche des anciens hiéroglyphes égyptiens, qui furent trouvés aux environs de Nag Hammadi en Haute Egypte en 1945.

Retour au sommaire.

V - La confiscation et le détournement de la vraie foi
sur le Judaïsme, sur le Christianisme, et sur le New age.

Tant que les humains demeuraient liés à la terre par un lien fort, tant qu'ils étaient exempts de concupiscence, car la Nature est un réservoir qui pourvoyait à tous leurs besoins sans qu'il leur soit, en conséquence, nécessaire d'accumuler des biens, l'empire de l'Invisible qui vampirise l'humanité ne pouvait qu'être insignifiant.

En effet, les peuples chasseurs traditionnels, ne connaissent pas la propriété individuelle, hormis pour de rares objets. Celle-ci leur est quasiment inutile. Lorsqu'ils partent en expédition - comme j'ai pu l'observer - ils n'emportent que très peu de choses, sachant qu'ils sont capables de se confectionner en très peu de temps ce qui pourrait leur devenir nécessaire à partir des éléments naturels qui les entourent. Seule les femmes pouvaient devenir un objet de concupiscence, problème qui était réglé par le partage de celles-ci et l'éducation collective des enfants qui en résulte, ou bien par des tabous claniques régissant les unions, comme chez les aborigènes autraliens.

Mais il cessa d'en être de même dès la création des villes et de la "civilisation", qui sont fondée - à contrario - sur le principe de l'accumulation des biens et celui de la compétition qui en résulte pour les acquérir.

Dès lors l'équilibre entre les mondes fut rompu.

Dans cette brèche grande ouverte, toutes les puissances rebelles virent une opportunité qu'elles ne manquèrent pas d'exploiter...

Sur le Judaïsme.

Une récente déclaration du Congrès rabbinique de l'Etat de New York m'a ouvert les yeux sur notre histoire véritable en ce domaine, car les Juifs authentiques respectueux de la Torah protestent contre les dirigeants d'Israël et demandent la dissolution de cet état.

Extraits:

" Le 7 février 2002 - L'observation des préceptes de la Torah interdit aux Juifs d'avoir un Etat, fût cet Etat religieux. C'est pourquoi tous les rabbins et tous les Juifs craignant Dieu se sont opposés au sionisme, dès son apparition, sous toutes ses formes et dans toutes ses conséquences.

C'est avec peine et chagrin que nous nous rassemblerons afin de protester contre l'"Etat d'Israël" qui défie la Torah, et en particulier contre son dirigeant, Sharon le sanguinaire, qui rend actuellement visite au président Bush. C'est lui, Sharon, qui a défié la Torah en désacralisant le nom du Tout-Puissant en se rendant sur le Mont du Temple afin d'y proclamer la guerre contre le peuple palestinien. C'est lui qui, par conséquent, a initié et fait exploser un enchaînement de meurtres et de massacres dont sont victimes toutes les populations de la Terre Sainte. Il ne cesse d'alimenter cette guerre, secondé en cela par ses collègues athées au gouvernement d'Israël.

Nous nous rassemblerons, aussi, afin de protester contre la politique et les agissements pernicieux du gouvernement israélien à l'encontre des Juifs religieux. Nous dénoncerons la persécution et l'incarcération de rabbins qui avaient pour seul tort de vouloir défendre des lieux de sépulture sacrés. Nous dénoncerons encore plus fortement l'assistance apportée au meurtre de sang froid de l'éminent rabbin Samet, assassiné pour avoir défendu les principes religieux dans la ville sainte de Jérusalem. Nous demandons également au gouvernement des Etats-Unis de prendre toutes les mesures nécessaires à sa disposition afin de mettre un terme à ces agissements, afin d'obtenir l'élargissement du respecté rabbin Biton et d'amener devant la justice l'assassin du rabbin Samet. Nous prions le Tout-Puissant de libérer la terre (sainte) et le peuple juif par la proche venue du Messie ! A ceux qui se demanderaient pourquoi nous sommes ici, aujourd'hui. Washington, DC, 7 février 2002."

Suit une interview avec le représentant de ce congrès de rabbins, dont voici les éléments clés:

" nous sommes ici aujourd'hui pour déclarer que le gouvernement israélien lui-même et l'idéologie sioniste qu'il incarne ne sont en rien des représentants légitimes du peuple juif ou de la foi biblique, qui est le seul fondement de notre existence-même.

Le noyau de la pensée sioniste est le dogme, vieux d'au moins un siècle, selon lequel l'exil des Juifs résulte d'une action humaine, en l'occurrence, (prétendument) de la supériorité militaire de l'armée romaine, qui a détruit le Temple (de Jérusalem, 70 après J.C., ndt) et que, de ce fait, on peut mettre fin à cette diaspora par l'action militaire et politique. Cette lecture erronée et réductionniste de l'histoire juive a représenté un schisme d'avec deux mille ans de croyance biblique et de tradition.

Parce que le Talmud et le Midrash nous mettent en garde depuis toujours contre toute tentative de mettre fin à l'exil des Juifs, car de cela ne pourraient résulter que des massacres incessants et horribles. Et aussi parce qu'il est tout simplement impossible, du point de vue métaphysique, que ce qui n'est qu'un rejet du judaïsme, conduit par des gens qui renient la Torah, puisse prétendre diriger et représenter le peuple juif avec une quelconque chance de succès.

En réalité, ce qui horrifiait ces Juifs pieux, c'étaient les agissements des sionistes, tant avant qu'ils accèdent au pouvoir qu'après la création de l'Etat, car ces agissements étaient révélateurs de la véritable nature de ce mouvement. L'Etat israélien a depuis fort longtemps combattu la pratique juive. Il a violé des sépultures juives afin d'effectuer des fouilles archéologiques, désacralisé des corps en procédant à des autopsies à la chaîne, persisté à maintenir la décadence des moeurs que représentent des régiments mixtes... la liste serait interminable...

Au-delà du but immédiat - la libération du rabbin Biton - nous nous sommes engagés à porter à la connaissance du monde entier que des non-croyants, même s'ils s'affublent du nom d'"Israël", exhibent l'étoile de David et installent force ménorahs (chandeliers à sept branches, ndt), n'ont aucun droit à parler au nom des Juifs du monde entier.

Toute formulation du judaïsme qui rejetterait la révélation au Mont Sinaï constitue une déformation de la (vraie) foi qui nous a été dictée (au Mont Sinaï), voilà plus de quatre mille ans."

Q - Ainsi, votre programme... ?

R - C'est de prier pour un démantèlement pacifique de l'Etat d'Israël, afin d'encourager les Juifs, de par le monde, à couper les liens avec cet Etat et à proclamer devant l'humanité que le Judaïsme ne saurait en même temps accepter d'être représenté par des hérétiques et aspirer à de bonnes relations avec tous les hommes et toutes les nations. "

Congrès rabbinique de l'Etat de New York - PO.Box 79 - Highland Mills N Y 10930 - USA

Voici donc que des rabbins pieux mettent au grand jour la confiscation et le détournement de leur vraie foi, issu de la révélation de Moïse sur le Mont Sinaï, par ceux-là mêmes qui parlent au nom de la religion et du peuple juifs ! Faut-il que ce qu'ils sachent soit grave pour qu'ils demandent le démantèlement de l'état d'Israël !
Retour au sommaire.

Sur le Christianisme.

Comment ne pas établir immédiatement un parallèle avec la confiscation et le détournement de l'enseignement de Jésus par l'église catholique, et ce dès les débuts de son existence ?

C'est à dire avoir transformé, par une inversion totale, l'enseignement d'un " homme qui s'est fait Dieu " (Jésus) et a voulu transmettre aux hommes comment ils pouvaient faire de même, c-à-d éveiller la divinité en eux, dans le culte d'un " Dieu qui s'est fait homme " pour sauver l'humanité (ce que Jésus n'a jamais dit être).

Autrement dit, Jésus enseigna aux humains comment sortir de la dualité illusoire, et l'église chrétienne fonda, en son nom, un culte destiné à les y maintenir ! faisant ainsi perdre toute sa valeur à son message universel.

Cette église usurpatrice fut fondée par Paul, dont les successeurs présentèrent ultérieurement Pierre (Simon) comme étant le premier pape, alors que le premier, dernier, et seul pape authentique choisi par Jésus lui-même, fut son frère de sang Jacques.

Il pouvait d'autant moins choisir Pierre - comme l'église catholique à réussi à le faire croire à ses fidèles - que ce dernier l'avait trahi, ne cessait de l'entraver dans son action, et menait contre lui des visées sataniques, c'est pourquoi du reste, il l'apostropha ainsi : "passe derrière moi, Satan tu me fais obstacle '' (Mathieu 16, 23).

On vient de retrouver l'ossuaire de ce frère de Jésus qui fut le premier pape, ou plus exactement le premier à être à la tête de la direction collégiale des premiers chrétiens.

Jésus et son frère Jacques.
Jésus a donc bel et bien existé. C'est du moins ce qui ressort d'un article scientifique publié le mardi 22 octobre 2002 dans la revue Biblical Archeology Review. Son auteur, André Lemaire, est directeur d'études à l'École pratique des hautes études de l'Université de la Sorbonne. La découverte est d'importance, car elle pourrait être la première référence historique sure à l'existence de Jésus-Christ.

Vous lirez les détails de cette troublante découverte sur:

www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N2989.asp

http://permanent.sciencesetavenir.com/sci_20021022.OBS1735.html

L'ossuaire découvert par Lemaire à Jérusalem

(AP /Shanks' Biblical Archaeology Review)

"Jacques, fils de Joseph, frère de Jésus ", ces quelques mots, inscrits en araméen - la langue parlée au Proche-Orient dans l'Antiquité - sur le côté d'un ossuaire vide détenu par un collectionneur privé israélien, sont devenus l'enjeu de nombreuses discussions, interrogations et prises de positions diverses.
" L'authenticité de cet ossuaire n'est pas contestée par les divers experts, ni d'ailleurs son âge. Cette urne funéraire est estimée comme datant de 44 à 46 après J.-C., c'est-à-dire quelques années seulement après le décès supposé de Jésus.

Mais a-t-on une certitude que ce Jésus, dont on évoque le nom, soit bien celui dont parle le Nouveau Testament? En scientifique honnête, André Lemaire ne le garantit pas à 100%, mais la probabilité statistique est très forte.

Grâce à l'onomastique, la science des noms, qui définit notamment la répartition des prénoms, l'auteur conclut que sur une population de 80.000 personnes (la population d'Israël à cette époque), il ne pouvait y avoir qu'une vingtaine de Jacques ayant pour père un Joseph et comme frère un Jésus.

Ce qui est plus troublant, c'est justement l'évocation du frère sur un ossuaire. En effet, sur 2000 à 3000 ossuaires répertoriés, on n'en connaît qu'un seul autre sur lequel le nom du frère du défunt est cité. Il fallait donc une raison spéciale pour qu'on le nomme. Ce Jésus de Nazareth était donc une personnalité bien connue. C'est cette coïncidence qui rend très probable l'identification de Jacques, et par voie de conséquence de son frère Jésus. Il faut savoir que sans cette preuve récente, la mention la plus ancienne de Jésus-Christ, dont l'existence est notamment citée par l' historien romain Flavius Josèphe, remonte à un fragment sur papyrus de l'évangile de Jean datant de 125 après J.C..

Ainsi, les faisceaux convergent vers l'affirmation suivante: Marie était l'épouse de Joseph et, après qu'elle eut enfanté Jésus, elle et Joseph eurent encore quatre fils. Ceux-ci s'appelaient Jacques, Joseph, Simon et Jude, et ils avaient aussi des soeurs. Voir l'évangile de Mathieu 13:55-56, ainsi que l'Épître aux Galates 1:18-19 "

(www.alyon.org/litterature/religieuse/nouveau_testament).

Auteur: Pierre Schwaller (Pierre.Schwaller@lyoba.ch)

L'existence historique de Jacques n'est pas contestable. Après la mort de Jésus il a fondé l'église chrétienne et est l'auteur d'un livre que l'église à rejeté, puis il fut lapidé en 62 à Jérusalem sur l'ordre du Sanhédrin, présidé alors par le grand prêtre sadducéen Anne, peu avant la révolte juive de 66, et la communauté nazaréenne de Jérusalem reçut par révélation l'ordre de quitter Jérusalem.

Par la suite ces premiers chrétiens disparurent persécutés, et surtout furent évincés par l'expansion de la seconde église celle que fonda Paul.

C'est pour effacer toute possibilité que Jésus ait eu un frère que fut conçu et proclamé, bien ultérieurement, le dogme de la virginité éternelle de sa mère Marie, légitimant du même coup la seule église de Pierre.

Comment est-ce possible peuvent se demander les catholiques sincères ?

Cela provient de ce que les empereurs Théodose II en Orient, et Valentinien III en Occident prirent les bases légales génératrices des mesures qui nous ont privés de la presque totalité des auteurs anciens. Une censure impitoyable exercée par les moines sur les manuscrits qui a duré presque mille ans. Les manuscrits, pour nous parvenir ont du franchir une barrière juridique doublée d'une censure ecclésiastique. L'analyse des textes qui nous sont parvenus montre que la censure s'est exercée pour éliminer tout ce qui allait à l'encontre de l'orthodoxie post-constantinienne. Les textes ont été remaniés, interpolés ou expurgés.

Source: cercle Ernest Rénan.

En outre les censeurs ne savaient pas exactement ce qu'ils voulaient, ce qui explique que l'histoire de la Vierge Marie a beaucoup évolué au fil des siècles et selon les auteurs... Elle apparaît une fois chez Luc, Matthieu n'en parle pas, Marc non plus et Paul n'en a jamais entendu parler. L'histoire de la Vierge Marie n'est fixée qu'en 431 et le dogme de l'Immaculée Conception ne date lui, que de 1854 !

L'origine de tout cela est Paul:

Extrait de "Jésus et les nazaréens"

" Si les dirigeants de la communauté nazaréenne de Jérusalem (Jacques, frère de Jésus, et les apôtres) voyaient le nouveau venu avec un mélange de sympathie et de scepticisme, certains commencèrent à s'inquiéter sérieusement quand on apprit que Paul, non content de constituer des communautés composées principalement d'anciens païens, ne leur demandait rien d'autre que la conversion intérieure et le baptême.

Les opposants à Paul estimaient que la conversion au Messie étant une conversion à une forme de judaïsme, il fallait exiger la circoncision et l'observation intégrale de la Torah.

C'est en l'an 49 qu'eut alors lieu ce qu'on appela depuis le «concile de Jérusalem», dont le récit figure au quinzième chapitre du livre des Actes des Apôtres : Jacques et les apôtres proposèrent un modus vivendi dont la teneur est à peu près la suivante : Paul garderait toute liberté d'évangéliser les non-juifs sans leur demander la circoncision et les autres observances de la Torah.

Pendant ce temps, Jacques présiderait aux destinées de l'autre groupe, celui des nazaréens d'origine juive, qui continuerait à pratiquer la Torah pour marquer son lien avec le judaïsme palestinien ambiant.

On connaît la suite de l'histoire : l'expansion rapide du mouvement «chrétien» autour du bassin méditerranéen, sous la houlette de Paul. Malgré des rapports qu'il dit fraternels avec Jacques, Paul a sujet dans ses épîtres de se plaindre de nazaréens provenant «de chez Jacques» et qui continuaient de polémiquer avec lui.

" A terme, on aboutira à un renversement de la situation. L'Église primitive des nazaréens s'effondrera vers 70 et le pagano-christianisme paulinien entamera sa destinée triomphale. Triomphe de Paul sur ses adversaires, les premiers apôtres de Galilée.

Paul n'avait pas de scrupules à dépouiller d'autres Eglises (II Cor. XI, 8). « Sans effusion de sang, il n'y a pas de pardon », prétend-il. C'est pourquoi il envoie ses ennemis à Satan (I Cor. V, 5 et I Tim I, 20).

C'est Paul qui est véritablement le fondateur du christianisme, car c'est lui qui propagea le culte d'un dieu qu'il appelait Chrîstos (ce qui veut dire le Bon, le Secourable, le Compatissant) et c'est du nom de ce dieu que Paul et ses partisans tirèrent leur nom de "chrétiens". Il proclamait que ledit Jésus-Christ réunissait en lui les deux natures, humaine et divine. (Cette doctrine s'apparentait étroitement à d'autres religions de salut qui avaient cours à cette époque).

Inutile de dire que pareille doctrine était totalement étrangère aux premiers nazaréens... qui seront en conséquence déclarés "hérétiques".
(J.M. Magnin "Notes sur l'Ebionisme" http://www.rezoweb.com/forum/philosophie/leforumcatholique/18.shtml

Références détaillées sur la vie de Jacques:

Jacques, frère de Jésus: http://www.lire.fr/critique.asp/idC=32195&idTC=3&idR=214&idG=6

Laurence Gardner "Le Graal et la lignée royale du christ" http://www.contrepoints.com/dervy/r+c/pages/graal.htm

Université de Laval http://www.ftsr.ulaval.ca/ltp/art_details.asp?lng=ang_&CodeArticle=545

L'épître de Jacques http://perso.club-internet.fr/phildela/bible/jacques.htm

L'évangile de Jacques http://www.comfortfortoday.com/fr/174fr.htm

La direction collegiale des premiers chrétiens http://www.ref.ch/eglise-argovie/Journal/edito_aout1998.pdf

Livres:

BERNHEIM, Pierre-Antoine, Jacques, frère de Jésus, Paris, Éditions Noêsis, 1999, 394 p.

CHILTON, Bruce, EVANS, Craig A., éd., James the Just and Christian Origins, Leiden/Boston/Köln, E.J. Brill (coll. « Supplements to Novum Testamentum », XCVIII), 1999, xii-302 p.

PAINTER, John, Just James. The Brother of Jesus in History and Tradition, Minneapolis, Minnesota, Fortress Press (coll. « Studies on Personalities of the New Testament »), 1999, xvi-334 p.

C'est donc dès sa naissance que l'église de Rome, inversa le message du christ, et rapidement instaura aussi le culte des saints qui dura de façon vivace jusqu'au 20 ème siècle.

Un autre frère de Jésus, Jude, l'a dit en ces termes:

" Car il s'est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus Christ." http://www.chez.com/voxdei/65.Jude.html
Retour au sommaire.

Sur le New age.

De là je me suis dit: s'il y a eu ces tentatives réussies de récupération par l'inversion, le mouvement du New age ne doit pas faire exception. Est-ce le cas ?

Et bien oui !

L'attente du sauveur du nouvel âge est une doctrine empruntée au messianisme judéo-chrétien et qui croise la doctrine orientale des avatars. Elle a été répandue par des occultistes au sein de la Société Théosophique, la matrice féconde d'où sont issus la plupart des mouvements spirituels et ésotériques contemporains.

" A ses débuts, ce mouvement international aurait été inspiré par de mystérieux "maîtres de sagesse " dont le chef hiérarchique est appelé Maitreya, d'après le nom que les bouddhistes accordent au Boddhisattva du futur. Cela donna naissance à la " Grande Loge Blanche " qui est devenue la référence de la plupart des groupes du Nouvel Age et des mouvements pseudo-initiatiques.

Vers la fin du XIX° siècle, la fondatrice de la Théosophie, l'aristocrate russe Helena Blavatsky, prétendait avoir rencontré des personnages mystérieux aux confins de l'Inde et de l'Himalaya. Ils l'auraient chargé de diffuser leurs connaissances en Occident pour faire barrage au matérialisme du XIX° siècle. Selon Madame Blavatsky, il s'agissait d'une rencontre réelle avec des êtres en chair et en os. Ces initiés n'avaient pas l'intention de se faire connaître publiquement, ni de créer une nouvelle religion autour de leur image. Aussi, lorsqu'un culte de la personnalité se manifesta autour d'eux et devint une véritable dévotion, ils coupèrent le contact.

Ils désiraient simplement remettre en circulation des connaissances oubliées dans la culture religieuse fossilisée des temps modernes. Helena Blavatsky y mis toute sa volonté qui était colossale, et elle créa une institution internationale à partir de l'Inde pour diffuser ces connaissances qui furent rassemblés dans les six volumes de la " Doctrine Secrète ".

II y a une controverse depuis un siècle autour de cette femme. Certains prétendent qu'elle fut la marionnette d'une loge politico-occulte ou bien encore un agent des illuminati dont le but réel n'avait rien à voir avec la spiritualité. On l'accusa même d'être un agent secret au service de l'Angleterre et des États- Unis.

Après sa mort, elle aurait chargé le clairvoyant Rudolf Steiner de révéler qu'elle s'était désolidarisée de la " Loge Orientale ". Steiner a transmis le message suivant: " C'est avec l'accord de Madame Blavatsky, actuellement désincarnée, qu'elle me prie de vous dire qu'elle a été trompée ".

On dira qu'il est facile de faire parler les morts, mais quoi qu'il en soit, Steiner rompit tous liens avec la Société Théosophique dont il avait été le secrétaire général en Allemagne. Il diffusera par la suite un enseignement spécifiquement chrétien - ou plutôt christo-centrique si l'on veut éviter toute connotation religieuse dogmatique. Les théosophes l'accusèrent d'être un agent des Jésuites, mais cela contredit la virulente dénonciation de la politique jésuitique par Steiner.

Quoi qu'il en soit, alors qu'ils étaient placés aux premières " loges ", ni Blavatsky, et encore moins Steiner, n'ont parlé d'un retour du Christ ou de la venue du Boddhisatva Maitreya. Quant aux initiateurs originaux de Blavatsky - les " Maîtres de Sagesse " - ils n'ont jamais émis l'idée d'un retour du Christ sur le plan terrestre puisque cela avait déjà été réalisé à l'époque du Golgotha. La théorie de la " seconde venue " est une interprétation de passages allégoriques du Nouveau testament, pris à la lettre. "

II apparaît donc que les enseignements théosophiques originaux - qui ne parlent ni de la " seconde venue " ni d'un âge d'or - n'ont pas donné naissance aux idées qui sont apparues ultérieurement dans les cercles néo-théosophiques du Nouvel Age. Ce sont là des faits qu'on vérifie aisément.

Après la mort de Blavatsky, lorsque Charles Leadbeater, franc-maçon anglais fut à la tête de la Société Théosophique, l'idée du " retour du Christ " se répandit avec succès.

" Cela devint un dogme. Sous l'instigation de Leadbeater, on tenta même de précipiter cette " seconde venue " en faisant endosser le rôle de messie à Krishnamurti, un jeune brahmane du sud de l'Inde, éduqué par Leadbeater dans cette perspective. Parvenu à l'âge adulte, Krishnamurti rejeta cette mission dans le courant des années 20, en la dénonçant comme une entreprise opportuniste. "

Jusqu'à son dernier souffle dans les années 80, il mit en garde contre toute référence à des maîtres occultes et dénonça le culte de l'autorité dans le domaine spirituel.

" L'idée d'un retour imminent du Christ refit surface avec Alice Bailey, un médium théosophe qui se disait inspirée par un initié nommé Djwal Khool. Alice Bailey a donné naissance au concept de " Nouvel Age ", annonçant le temps où devrait apparaître le " nouvel ordre mondial " avec le dénommé Christ-Maitreya à sa tête. Prédicatrice chrétienne de formation, Bailey a assumé avec un grand zèle missionnaire sa mission d'annoncer ce " retour du Christ ". Dans les années 40, à l'époque où Alice Bailey diffusait ses enseignements, elle ne prétendait pas être le médium du Christ en personne. Mais progressivement, les médiums et les channels du New age s'empareront de l'idée et se croiront en contact avec Jésus, Bouddha ou un personnage religieux de rang supérieur. "

On estime que cette appropriation des noms des grands instructeurs spirituels de l'humanité par des spirites sous contrôle de fantômes de l'astral, constitue une dégradation finale.

Mais le pire est sans doute encore à venir.

Astralisme, channeling, et faux prophètes

Comment cette dégradation s'est-elle produite ?

"Charles Leadbeater, franc-maçon anglais doté de pouvoirs psychiques, a montré l'exemple. II présenta les grands avatars traditionnels comme des " maîtres " qu'on peut contacter un peu à tort et à travers. Cette attitude triviale a très vite dégénéré en une pratique courante chez les " channels " - qui sont les néo-spirites de notre époque. Leadbeater manipulait le monde en s'imposant comme le digne messager des " Maîtres de la Grande Loge Blanche "."

Ces gens croient vraiment être en contact direct avec le Christ ou le Bouddha ?

" Oui, grâce à la vulgarisation de la " Grande Loge Blanche ". Selon cette interprétation, les grands avatars seraient tout bonnement à la disposition d'un médium ou d'un voyant égaré dans le mirage du monde astral. Le plan astral bien connu des clairvoyants est la dimension de l'illusion et de la tromperie par excellence. A partir du plan astral, de nombreux êtres désincarnés peuvent se manifester aux médiums en se faisant passer pour des philosophes disparus, des génies, des saints ou de grands personnages de l'histoire. Seul Dieu peut reconnaître ses petits car l'au-delà grouille d'esprits facétieux et de charlatans.

Grâce à notre corps astral, nous sommes tous en contact avec l'invisible, spécialement durant notre sommeil. Cela est naturel et ne mérite pas autant d'intérêt. Mais le nouvel âge a le culte de l'occulte. La spiritualité fondée sur L'Astralisme n'est que du vulgaire spiritisme et n'a aucun caractère sacré. "

Les véritables êtres divins qu'il ne faut pas confondre avec les " guides " du New age, vivent sur des dimensions supérieures de l'univers, et ils ne contactent jamais un humain à la légère.

" Et pourquoi ? D'abord pour éviter les mystifications, et surtout parce qu'ils n'auraient rien à dire aux créatures égotiques que nous sommes. II faut vraiment avoir perdu la notion de notre état actuel pour croire que les fils de Dieu sont joignables au téléphone. En y mettant toute notre passion, on ne peut même pas obtenir un rendez-vous avec une star du cinéma! Mais certains messagers du New age appellent le secrétariat du Christ ou l'archange Michael dés le réveil. " Allô, tu n'es pas là Seigneur, alors rappelle-moi dans la journée, j'ai un truc très important à te demander. Bisou. " C'est à peine exagéré."

On peut donc dire que médiumnité, le channeling et la voyance sont fondés sur une Intervention d'entités désincarnées qui abusent l'humanité à partir de l'au-delà ?

"Parfaitement. II n'y a pratiquement aucune exception. L'expérience du channel peut être réelle, mais l'entité qui le contacte n'est jamais un messager divin appartenant à une hiérarchie régulière. C'est toujours un anormal de l'au-delà qui cherche des proies pour générer un courant d'énergie à son profit. Nous expliquerons ce processus plus tard. C'est extrêmement simple. Lorsqu'on a bien compris comment ça fonctionne, on ne peut plus être dupé par des esprits usurpant de fausses identités - le plus souvent prestigieuses. Pourquoi se priveraient-ils avec les humains qui sont totalement illusionnés par les apparences ?

Un initié " régulier " vous contactera le plus simplement possible, généralement sur votre plan d'existence physique. Mais, avant de vous lancer dans l'expérimentation occulte, demandez-vous d'abord pourquoi vous mériteriez d'être choisi pour une mission ? Êtes-vous une personne si importante qu'on puisse vous charger de messages d'une portée cosmique? II y a une arrogance colossale derrière cette prétention.

Avec un peu de bon sens, on réalise combien l'attitude de ceux qui s'intitulent abusivement " messagers des Maîtres " est grotesque. Mais, on reconnaît l'arbre à ses fruits et l'analyse de leurs " messages " révèle souvent l'imposture. Cela pourrait n'être qu'un jeu, mais certains messages venant de l'occulte sont très dangereux car ils inversent les principes de l'évolution actuelle, ce qui flatte l'ego des gens mais les fait tomber dans une illusion effarante. C'est du satanisme à l'état pur, cela dit en dehors de tout fanatisme et sans référence à un dogme conservateur. II y a un satanisme à visage " blanc " et un autre " noir ". On confond le satanisme " blanc " avec le " bien ".

Tiré de la revue "Undercover" no 3, Septembre 2002. 40 rue Paradis, 76530 Grand Couronne, France Publié par Joël Labuyère .

Retour au sommaire.

VI - La grande lutte de l'Invisible pour vampiriser l'humanité, et son corollaire l'asservissement de l'humanité par les maîtres du monde avec l'aide de l'Invisible.

Nous venons de voir que, dans toutes ces sphères spirituelles d'occident et du moyen Orient, l'enseignement des maîtres à été détourné de sa finalité, comme de son contenu.

La tentative de confiscation du mouvement créé par Moïse ne date pas d'aujourd'hui. Elle a commencé au moment même où il recevait la révélation sur le mont Sinaï, c'est le fameux épisode du veau d'or dans l'Exode (32 - V 1 à 11 et 19 à 21). Épisode qui n'a rien de symbolique, car il a s'agit de la résurgence d'un culte venu d'UR et Babylone que Moïse voulait abolir. Mais l'esprit même du Veau d'Or a du réussir à s'imposer ensuite, car Jésus apostropha les Pharisiens et chassa les marchands du Temple pour cette raison, et enfin il se perpétue encore maintenant par les fondateurs et dirigeants du Sionisme sous la protection des USA, dont tout un chacun sait que les fondateurs, comme les symboles, étaient francs-maçons et le sont encore. Belle continuité. Mais il reste toutefois des rabbins pieux et intègres comme nous l'avons lu ci-dessus.

La confiscation du mouvement de Jésus par Paul et les autres fondateurs et dirigeants du Catholicisme jusqu'à nos jours, a été une réussite totale puisqu'ils qui allèrent jusqu'à effacer la mémoire de son frère Jacques, et son inversion aussi: Paul allant jusqu'à recommander " que celui qu'on instruit de la Parole donne de tous ses biens à qui l'en instruit ", alors que Jésus disait l'inverse à ses disciples: " de même que vous avez reçu gratis, donnez gratuitement ". Enfin, en un mot comme l'a dit Nietzsche: " la vie du chrétien finit par être le genre de vie dont le Christ enseignait qu' il fallait se séparer." et " l'Église (catholique) appartient au triomphe de l'Antéchrist, tout aussi bien que l'État moderne, que le nationalisme moderne."

La confiscation du mouvement d'Hélena Blavatsky par Charles Leadbeater, franc-maçon anglais son successeur, bien que tout aussi net, laisse place au doute: ne serait-ce pas plutôt elle-même - qui n'était en rien comparables à Moïse ou Jésus - qui aurait été trompée par ses instructeurs, dès l'origine ?

Enfin nous constatons aussi que le fondement même des Védas a été inversé puisque le culte aux dévas - y compris dans ses aspects sanguinaires du culte à la déesse Kali - est général dans toute l'Inde. Je remarque enfin que l'Inde qui fut totalement Bouddhiste, au temps du grand Empereur Açoka, connut un retour en force de ces cultes, du fait d'un complot des Brahmanes qui réussirent à en chasser les bouddhistes.

Nota : n'étant pas un spécialiste des religions j'arrêterais là cette étude déjà trop longue, mais il est permis de se demander si le même phénomène ne se retrouverait pas de façon plus occulte dans l'Islam et toutes les autres religions que la sphère occidentale a influencé. Si l'on y considère la somme de sang versé, et les luttes de pouvoir c'est fort possible.

Comment et pourquoi est-ce possible ? et pourquoi ces inversions s'accompagnent-elles de cultes, et de reniements des principes fondamentaux, généralement justes et généreux, qui sont à la racine même de ces mouvements spirituels ? Il y a là un faisceau de faits concordants trop importants pour qu'ils puissent être dus au hasard ou à la seule nature humaine individuelle.

La cause a été maintes fois développée notamment par David Icke et Frank Hatem, ou d'autres, et peut se résumer à cet exposé bien fait

" Derrière les Etats-Unis et leur Constitution se trouve un petit groupe d'hommes dont le seul objectif est de réduire à l'esclavage le monde entier et l'humanité, dans leur complot satanique pour un gouvernement mondial. Pour vous donner une bonne idée de ce complot satanique, je vais retourner à son tout début, au milieu du 18e siècle, et nommer les gens qui ont mis ce complot en action.

Ce compot satanique a été fondé en 1776 sous le nom des Illuminati, et fut organisé par un dénommé Adam Weishaupt, qui s'était d'abord converti au catholicisme et était devenu prêtre. Plus tard, à la demande des Financiers, il quitta l'Eglise catholique et organisa les Illuminati, qui étaient financés par les banquiers internationaux.

Toutes les guerres depuis cette époque, y compris la Révolution française, ont été organisées par les Illuminati, qui opéraient sous différents noms et déguisements. Je dis cela parce que, une fois que l'existence des Illuminati fut découverte et leur plan devenu trop connu, Weishaupt et ses comparses commencèrent à fonctionner sous différents noms.

Mais pourquoi ces conspirateurs mondiaux choisirent-ils le mot "Illuminati" pour désigner leur organisation satanique? Weishaupt lui-même dit que ce mot tire son origine de Lucifer, et signifie "porteurs de la lumière ". 

Les guerres mondiales

" La première guerre mondiale devait avoir lieu pour permettre aux Illuminati de détruire le régime des tsars en Russie . Un objectif que les banquiers internationaux s'étaient jurés d'atteindre depuis que le tsar avait fait échouer leurs plans au congrès de Vienne - et de transformer la Russie en un château-fort du communisme athée. Les différences entretenues par les agents des Illuminati entre les empires allemand et britannique seraient utilisées pour fomenter cette guerre. Une fois la guerre terminée, le communisme serait installé, et utilisé pour détruire d'autres gouvernements, et affaiblir les religions.

La deuxième guerre mondiale, devait être fomentée en utilisant l'opposition entre les fascistes et les sionistes politiques. Durant cette guerre, le communisme international devait s'étendre jusqu'à égaler en force le pouvoir des pays chrétiens, et une fois cette étape atteinte, le communisme international devait être refréné et tenu en échec jusqu'au jour du cataclysme social final. "

" La troisième guerre mondiale devra être fomentée en utilisant l'opposition entre les sionistes (les partisans de l'Etat d'Israël) et le monde musulman. Cette guerre sera dirigée de sorte que l'Islam et Israël se détruiront mutuellement, tandis que le reste des nations du globe, divisées sur cette question, seront forcées d'embarquer aussi dans cette guerre, jusqu'à l'épuisement physique, mental, spirituel et éconmique complet. Tout sera alors mis en place pour l'établissement d'un gouvernement mondial. "

Le gouvernement mondial

" A l'étape finale de la conspiration, le gouvernement mondial sera composé d'un dictateur (le chef des Nations unies), le Conseil des Relations Etrangères (groupe représentant les Illuminati aux Etats-Unis), quelques milliardaires, des communistes, et des scientifiques ayant prouvé leur dévouement envers cette conspiration. Tous les autres individus seront réduits à une seule race, esclaves de la conspiration."

Myron Fagan

 Néanmoins cela ne me paraît pas être aussi simple que cela, car je ne crois pas que ce complot ait commencé en 1776. En effet, les Illuminatis ne sont qu'une des multiples branches de la franc-maconnerie qui elle-même comporte de multiples loges et ramifications depuis bien avant leur création.

La franc-maçonnerie n'est pas née au 18 ème Siècle en Ecosse, car les francs-maçons eux-mêmes disent qu'elle aurait été crée par Hiram l'architecte du temple de Salomon, dont elle reprend les symboles ; mais mon intuition est qu'elle doit être encore plus ancienne et certainement originaire de Babylone la corrompue, ou même de Sumer, ou même, peut-être, existe-t-elle depuis toujours, et ce à travers des formes et civilisations différentes mais avec une finalité commune, bien évidemment.

Cette hypothèse est plausible, car c'est depuis Babylone et Sumer, où sont les racines de la culture religieuse hébraïque, qu'elle a pu pénétrer celle-ci, et sans doute s'y propager par un enseignement secret réservé et transmis à une partie seulement du clergé juif, ce qui expliquerait parfaitement la dérive par rapport à l'enseignement de Moïse. De là elle a du contaminer toutes les autres religions (sauf peut-être le bouddhisme théravada) à commencer par le christianisme dont elle a étouffé le message libérateur dans l'oeuf, voir ci-dessus. Et enfin par les Templiers d'abord, et par les Jésuites ensuite, s'est répandue sur la terre entière y compris en Asie.

Bien que cela soit dissimulé aux adeptes de base, il s'agirait au sommet d'un culte satanique par essence, rendu soit à l'origine à des êtres extraterrestres reptiliens selon Icke , soit à des Asuras, soit à des entités astrales, qui dans les tous les cas l'auraient suscité en échange des services matériels qu'ils rendent. Le vieux mythe du pacte avec le diable serait-il une réalité ?

Nota : la franc-maçonnerie en son sein même dissimule sa vraie finalité, car tout ce qui est enseigné dans les loges des degrés inférieurs à celui du degré suprême n'est que mensonges. Oslwald Wirth lui-même l'a dit de façon non déguisée.

Ce qui ne signifie pas non plus que l'ensemble des clergés, notamment le clergé juif, ou catholique soit corrompu puisqu'il reste grâce au ciel, des rabbins qui ne vénèrent que la pure parole de Moïse, ou des curés qui pensent encore faire le bien de l'humanité. La même symétrie doit se retrouver dans toutes les institutions religieuses.

En synthèse, il ne s'agit donc, en somme, que d'un commerce entre une partie de l'humanité qui désire la richesse et le pouvoir, et d'autres êtres qui eux désirent une certaine forme d'énergie ou de nourriture que les humains peuvent lui procurer par leurs rites et leurs émotions négatives. Il n'y a là rien d'extraordinaire, ni même à craindre pour qui a comprit et le sait.
Retour au sommaire.

 VII - Retrouver l'harmonie pour tout ce qui vit.

Nous venons de découvrir quelle était la CAUSE réelle des malheurs de l'humanité depuis qu'elle inventa la civilisation, et que les auteurs de cette Cause unique ont pris les cultes religieux comme moyen d'action privilégié pour asservir l'humanité, car c'est le SEUL, qui puisse donner à ces gens, qui se croient les maîtres du monde depuis des millénaires, une telle efficacité parce que fondée sur la PEUR.

Nous avons également constaté que nous avons connu deux conceptions de la relation de l'Homme avec l'Univers, qui sont par essence diamétralement opposées:

D'une part, celle de la culture eurasienne qui considère que la nature n'est pas bonne puisque qu'elle se donne depuis toujours comme idéal de la modifier, et qui postule que l'homme est mauvais, ce qui implique des cultes et des temples, animés par des clergés et des dogmes, pour le "sauver".

D'autre part, celle de la culture amérindienne, et d'une façon plus générale celle de beaucoup de peuples premiers, qui se caractérise au contraire par une bonne intégration dans le milieu naturel dont elle se sent faire partie, et qu'elle n'envisage ni de modifier, ni de quitter pour l'au-delà car elle considère que la nature est bonne, et que l'homme est bon également puisqu'il en fait partie, ce qui implique qu'en raison de ce sens du sacré beaucoup plus juste, elle n'a nul besoin de temples, donc ni de clergés, ni de dogmes.

Et que, la première n'a cessé d'engendrer des troubles ou des conflits sanglants, et nous conduit à une extinction de masse prochaine, tandis que la seconde a perduré des dizaines de millénaires en harmonie avec son milieu, et aurait duré indéfiniment si la cupidité des Occidentaux n'étaient pas venue la détruire. En réaction aux cultes le Bouddha n'avait-il pas déjà dit :

« Ne croyez pas une chose simplement parce que vous l'avez entendue ; ne croyez pas en la tradition que rapportent vos livres de religion ; ne croyez pas à la légère en l'autorité de votre maître et de vos aînés ; mais après observation et analyse, lorsque vous trouvez la chose en question conforme à la raison, et menant au bien et à l'avantage de l'individu et de l'ensemble, acceptez-la et vivez en harmonie avec. »

Le progrès spirituel n'est possible que lorsque la liberté de pensée est acquise, et il ne peut pas y avoir progrès mental tant que sévit la foi aveugle. La liberté de la pensée conduit au progrès mental, alors que le dogmatisme mène à la stagnation, la rétrogression et la dégénération mentale.

En conséquence logique de tout ce qui a été exprimé ci-dessus, non seulement il est devenu nécessaire aujourd'hui de dissoudre d'urgence toutes les religions, et toutes les sectes, et de les interdire pour mettre fin à l'alimentation des forces obscures qui nous vampirisent, mais il faudra - de plus - empêcher la renaissance de n'importe quelle église et de n'importe quel clergé que ce soit, s'ils sont fondés sur des cultes, sans quoi la même histoire se répétera indéfiniment, et pour cela la plus grande énergie devra être déployée.

De même il convient de cesser la pratique du "channelisme" qui est la brèche grande ouverte par laquelle l'Invisible, conditionne et manipule l'humanité, ou - au minimum - ne plus lui accorder aucun crédit.

Enfin remarquons que si les cérémonies sacrées sont utiles pour souder le peuple, certes, et que de même la foi doit être libre pour chaque individu, tout ceci cependant ne devra plus être organisé par des clergés permanents, mais relever uniquement d'une démarche individuelle ou collégiale temporaire, car il suffit aux hommes de tourner le regard intérieur de l'oeil du coeur vers La Source-Mère, qui est présente en toutes choses, pour pouvoir agir de façon conforme à sa Volonté.

Ah vivement les temps où la Nature sera notre seul Temple, comme les grands parents, pères, mères , oncles et tantes de chaque famille, seront nos seuls éducateurs et le seul clergé !
Cette ambition est immense, mais je sais que la Source-Mère de toutes choses va nous aider à la réaliser.
Ampéwi Nunpa
 
Crédit des illustrations animalières: "Ngorongoro, paradis africain" de Reinhaard Künkel chez l'Éditeur Chêne

Crédit des textes bouddhistes Théravada: http://www.centrebouddhique.net/cadre.htm

Cliquez sur les dés pour connaître le pari et les objectifs de sens-de-la-vie.com

  

...ou continuez votre visite en choisissant votre rubrique par le lien sur le commaire ci-contre à gauche

 Découvrez le challenge de ce site et son Mouvement

© Textes - Ampewi Nunpa.

 Participez ! 

 

Updated september 12, 2005