Les idées contenues dans le site prennent vie !
Après 12 ans d’existence, près de 20 millions de visites et un travail colossal réalisé par son auteur et une petite équipe…

DECOUVREZ L’ASSOCIATION VERS UN SENS DE LA VIE ET SES ACTIONS SUR www.versunsensdelavie.com

Lisez L'Avertissement Légal et les Conditions D’Usage avant votre lecture du site.

sens-de-la-vie.com vous permet de vérifier le niveau de fiabilité des informations que vous y lirez en plaçant la flèche de votre souris sur l'un de ces symboles qui sont - ou seront - en tête de chaque page, pour connaître leurs significations, mais aussi en vous invitant à vérifier vous-même les sources qui sont toujours indiquées soit dans les textes, soit dans les liens. Vous êtes invité à y réfléchir, sans que jamais il ne vous soit demandé de croire.

Le regard juste qui est le fruit d'une expérience directe.Le fruit d'une déduction logique.Une information de source probablement sure. La fiabilité de la ou des source(s) ne peut pas être garantie.


 

 

Sexe et Société, l'incompréhension

.. ..

Depuis le 18 nov 2001 vous êtes la ème visite de sens-de-la-vie.com (Site et Forum).

Une information de source probablement sure.

English version & Versión en Castellano

Tout ce qui n'a jamais été dit sur le Sexe.

Libérez votre esprit du conditionnement de tous les pouvoirs.

« Les sensations sexuelles ont cela de remarquable qu'en les éprouvant l'être humain fait du bien à un autre être humain par son plaisir même » (Nietzsche).

Sommaire

Introduction.

" Vous auriez vécu une révolution sexuelle ".

Le danger de la liberté sexuelle mal comprise.

L'art de l'amour.

Art et littérature érotique.

L'étude étonnante de James W Prescott.

Mais alors que penser du sexe ?

Les différentes significations du verbe aimer.

L'amour universel et l'Amour Universel.

Une promenade à travers les sexualités.

La parole est aux lecteurs.

Une ébauche de conclusion.

Un crédo simple sur le challenge de notre époque.

Cliquez sur les

INTRODUCTION

 Le sexe est une des dimensions les plus importantes de l'être humain qu'il convient de comprendre et de maîtriser parfaitement, pour pouvoir mieux en jouir et éviter de souffrir de ses conséquences, lesquelles sont inévitables pour tous ceux qui précisément ne le maîtrisent pas.

Dans un premier temps, et ce jusqu'au jour où, cette dimension étant harmonieusement intégrée en soi, elle cessera d'être d'être une cause d'attachement et donc de souffrances. Se libérer de cet attachement est le passage obligé vers la liberté et les dimensions supérieures de la conscience, but ultime de notre existence auquel très peu parviennent en raison de l'obstacle que le sexe constitue précisément.

Apprendre à dominer cette énergie hautement sacrée ne doit pas se faire - en tout cas dans la jeunesse - par l'ascèse, la privation et la chasteté, comme l'enseignent notamment les religions issues de la Bible, c'est à dire le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam, car cela conduit tout simplement l'être humain à la névrose, à l'agressivité, et aux comportements sexuels déviants qui sont gravement dangereux pour la société.

C'est ainsi que les voeux de chasteté des prêtres catholiques, censé avoir pour but d'en faire des saints, n'ont concrètement réussi qu'à en faire des pédophiles notoires, des pédérastes honteux, ou au mieux des baiseurs de vieilles consentantes en cachette. Voir à cet égard les preuves accablantes de la page sur les religions si vous ne l'avez pas encore lue.

La répression du sexe conduit à la violence, comme le démontre le neuropsychologue James W Prescott, ce qui est suicidaire pour une société dotée des armes que nous avons, mais de plus à l'infériorisation de la femme - voire à sa mise en esclavage - comme tout un chacun peut aisément le constater dans les pays islamiques, mais aussi judéo-chrétiens.

Tandis que les sociétés ou les relations sexuelles ne sont pas l'objet de tabous produisent des être humains équilibré et heureux, comme tout un chacun peut le constater aussi, même s'il en reste peu.

Vous libérer des implants sataniques des religions dans vos esprits au sujet du sexe est de la plus haute importance, et implique pour commencer d'en prendre conscience dans votre façon de penser et de vous exprimer.
Les mots usuels qui désignent le sexe étant en occident le reflet d'une maladie gravissime de l'esprit. Par exemple "con" qui est le mot le plus employé du vocabulaire français pour évoquer un être inférieur et imbécile provient du vieux français "conin" désignant le sexe de la femme, la vulve.
Autrement dit: Con = " je t'injurie par le nom de l'organe le plus vil de cet être inférieur et soumis qu'est la femme."
J'arrêterais là ma liste, mais prenez conscience que les mots désignant les organes sexuels ou l'union sexuelle n'ont aucune raison d'avoir ces significations péjoratives usuelles, qui ne sont que le reflet d'une civilisation scandaleusement hypocrite et névrosée qui vous sodomise - pour employer votre propre vocabulaire - depuis vingt siècles. Guérir de ce lavage de cerveau n'est pas facile, mais sens-de-la-vie.com est là pour vous y aider.

" Vous auriez vécu une révolution sexuelle".

copyright sens-de-la-vie.com

censée vous avoir libérés depuis mai 1968 des tabous de la société Judéo Chrétienne ...
Rien n'est plus faux !
En effet car hélas le sexe est toujours aussi mal vécu en Occident où les gens sont gravement carencés dans ce domaine.
 
Qu'est-ce qui me permet d'affirmer cela ?
La réponse est très simple, et provient de l'analyse de 5 facteurs :
wL'agressivité quotidienne, dans les relations humaines,

wL'absence de sourire, et de réelle gaieté spontanée dans les relations humaines,

wLe taux des divorces, évidence du fait que les mariages sont noués sur des bases erronées,

wLa pornographie omniprésente comme substitut virtuel à la sexualité qui n'est donc plus vécue avec un partenaire de chair, mais au travers d'un écran d'ordinateur, d'un magazine, ou d'une vidéo cassette,

wL'usage excessif et avide du sexe - notamment en voyage - dès qu'un Occidental, sorti des regards qui le jugent, peut s'y livrer librement,

Qui sont des indices évidents d'une carence grave.

Pourquoi cette carence existe - elle ?

Il en est ainsi car votre long héritage culturel judéo-chrétien ne vous a pas encore permis de comprendre réellement ce qu'est le sexe dans vos vies, ni de le vivre en l'intégrant harmonieusement dans votre société.
 

Pourquoi est-il NÉCESSAIRE d'en parler ?

Depuis longtemps nous savons que l'absence de contacts et de plaisirs physiques - particulièrement dans l'enfance et l'adolescence - engendrent l'agressivité dans les relations humaines, toutes les études le prouvent.

D'autre part, l'énergie sexuelle, qui ne peut se trouver une issue naturelle, va se "sublimer" dans d'autres formes d'expression, le plus souvent névrotiques: notamment dans une activité démesurée coupée de ses réels besoins. Cela donne rarement un chef d'œuvre, et le plus souvent une monstruosité

De plus aviez-vous pensé à ceci ?
Grâce au féminisme et à la " libération des moeurs ", on a utilisé la femme dans la publicité comme un objet pour faire vendre.

" La conséquence n'a pas été une libération mais une frustration des femmes moins belles physiquement, et aussi des hommes qui devenaient psychologiquement dépendants de cet " idéal " , ce qui au lieu de les assouvir n'a fait qu'augmenter inconsciemment leur agressivité.

Et pendant ce temps, ceux qui sont aux commandes de cette manipulation - patrons des agences de mannequin, de publicité, gens du showbiz etc - ont concentré les plus belles femmes autour d'eux dans une ambiance de liberté sexuelle et de joie : on ne pouvait faire mieux pour narguer le peuple et tout en se remplissant les poches.

De plus, ce qui se passe maintenant, et qui est la dernière évolution, la femme " belle " (sous l'emprise de ces grand chantres de la " beauté standard " ) veut se faire accepter aux yeux des médias comme également "intelligente". Grâce à quoi, les actrices de porno sont maintenant présentées dans les médias comme des artistes à part entière. De ce fait - admis par tous ou en tout cas très largement - il résulte qu'il devient de plus en plus impossible de dénoncer cette manipulation - et cette relation " fric-sexe " - sans paraître vieux jeux ou sexiste. Avez-vous pigé l'amertume des femmes honorables qui s'esquintent pour travailler et élever leurs enfants simultanément ? Comme facteur de désagrégation de la société, on ne fait pas mieux. En un mot on veut créér une société de putes. "

Néo Trouvvv

Le danger de la liberté sexuelle mal comprise.

Et pourquoi donc, s'il te plaît ? 

La " Révolution sexuelle " de 1968 a consisté, non pas à revenir à des valeurs de bons sens sur ce sujet, en écartant simplement les contraintes absurdes préconisées par les Eglises, mais à vous permettre n'importe quoi ! Ce dont évidemment les humains ne se sont pas privés.

C'était oublier un peu vite que l'initiation à une sexualité harmonieuse, mais contrôlée, a toujours été une préoccupation majeure de tous les peuples civilisés.
Pourquoi ?  

Tout simplement parce qu'une civilisation authentique ne peut reposer que sur des adultes émotionnellement équilibrés et responsables. De tels adultes ne peuvent provenir que d'une bonne naissance: d'une mère aimante et présente dans un foyer constitué avec le père, et d'une bonne éducation ; la plus importante étant celle constituée par le modèle harmonieux des parents.

Or aujourd'hui toute retenue, toute pudeur et tout bons sens, ont disparus dans ce domaine.

En conséquence :

wVous avez aboli toutes les différences sociales entre les mères et les filles-mères, mais également entre les formes de sexualité positives pour la société, et celles qui constituent un danger pour l'équilibre des familles, et donc des enfants.

wVous autorisez les couples homosexuels à adopter des enfants, privant ainsi ces enfants de l'imprégnation de la dualité homme/femme, qui est extrêmement importante pour leur équilibre affectif et psychique.

wVous incitez les femmes à travailler - même celles qui n'en ont pas besoin (sans doute parce que payer des femmes vous coûte moins cher !) - de sorte que vos enfants reçoivent leur éducation dans les rues.

wN'importe quelle petite fille ou garçon regarde les films X sur les chaînes de télévision spécialisées, quand les parents sont absents de telle sorte que plus tard leurs propres expériences de la sexualité seront faussées et perdront en tout cas l'émerveillement de la découverte.

c'est vrai ça !
Or quand les êtres humains s'accouplent comme les animaux, ils se désaccouplent de même.

Ce désordre sexuel, dû lui même à la perte de la spiritualité, a pour conséquence le fait que vos femmes engendrent une progéniture indésirée, progéniture qui a tôt fait de devenir indésirable pour votre société.

Elle est indésirable car toutes les études psychosociologiques prouvent que les enfants rejetés par leur mère, haïssent la société, et tendent à devenir assassins.

Ces enfants sont dits : de "l'amour", de l'amour mon cul ! Du cul tout court, serait une expression plus juste. Au Brésil, ils sont si nombreux qu'ils constituent tout gosses des bandes organisées de voleurs et d'assassins. La Police Brésilienne, impuissante à endiguer ce fléau, en est arrivée à régler ce grave problème social en les tuant à titre préventif: exactement comme de la dératisation ! Voulez-vous en arriver là partout ? La prolifération planétaire de cette progéniture indésirable est, et sera de plus en plus, une source de désordres illimités pour l'humanité.

Aucune société harmonieuse ne peut être bâtie à partir de ce matériau !

L'art de l'amour.

Il passe son temps à la chasse !

et vous parle de l'art de faire l'amour !!!

Le mythe de l'Amour Universel:

considéré comme une Énergie en Soi qui aurait pour propriété de résoudre tous les problèmes et d'amener la naissance d'un nouvel age d'or, est fondé sur l'inversion du sens de ce mot. L'amour est un état de résonance entre deux êtres, donc de sympathie, de plaisir et de bien-être, qui est une CONSÉQUENCE de l'Harmonie s'étant installée préalablement dans leur relation fondée sur le respect réciproque. Il n'y a dans tout cela aucune énergie transcendantale comme la gravitation par exemple. C'est un concept, un mot créé par les hommes pour désigner un certain type de relation, pas plus.

L'art de l'amour c'est aimer l'autre pour lui-même, uniquement pour lui-même, vouloir son bonheur et ne rien attendre de lui en retour.

C'est aussi avoir la force de caractère de se libérer du partenaire "vampire" ou qui ne nous convient pas.

Toute autre forme de relation amoureuse crée par l'attachement du moi envers le plaisir sexuel et le corps de l'autre, sera tôt ou tard une cause de souffrance en raison non seulement du mensonge et de l'hypocrisie toujours possibles de l'autre, mais aussi et surtout en raison de l'impermanence de toutes choses, et ce quand bien même le partenaire serait fidèle et parfait.

Art et littérature érotique.

 

photo Ron Harris/Ampewi

 

Un artiste photographe Thaï remarquable Shrimp: http://shrimpworld.com/

Les contes grivois de Jean de la Fontaine: http://www.micheloud.com/FXM/Lafontaine/index.htm

Catalogue d'ouvrages érotiques: http://209.185.170.167/lamusardine/bin/make_frame.cgi?lamusardine,BOU,97616326815056,maqmenu5.html,,maqfra_cata.html

Tantra: http://www.tantra.org/

Kama Sutra, tous les arts de l'amour et comment accroitre sa puissance sexuelle : http://www.tantra.org/kamasutr.html

L'art de caresser une femme: http://www.tantra.org/yoni.html

L'art de caresser un homme: http://www.tantra.org/lingam.html

L'art des préliminiares en général: http://www.tantra.org/karezza.html

L'art d'aimer selon le taoïsme: http://site.ifrance.com/taoisme/aimer/aimer.htm

Je suis le sauveur des couples en détresse, qui me propose pour une décoration ? ;o)

James W Prescott.

La relation existant entre les structures sociales, l'attitude sociale face a l'acte sexuel, et l'agressivité.

Le neuropsychologue James W Prescott s'est livré à une étonnante analyse statistique portant sur quatre cents sociétés pré - industrielles de cultures différentes, et il a trouvé que celles où une affection physique était prodiguée aux tous petits avaient tendance à éviter la violence. Cependant, des sociétés ou ce comportement n'est pas de règle produisent tout de même des adultes non violents si l'activité sexuelle n'est pas réprimée chez les adolescents.

Intéressant, non !?

Photo Ron Harris/Ampewi

Prescott estime que:
" Les cultures qui prédisposent a la violence sont celles ou les individus ont été privés - au moins à ces deux périodes critiques de la vie : l'enfance et l'adolescence - des plaisirs physiques. Là ou les marques corporelles d'affection sont encouragées, le vol, la religion organisée et l'étalage ostentatoire des richesses apparaissent peu ; là ou les enfants subissent des châtiments corporels, l'esclavage tend a s'imposer, les meurtres sont fréquents, ainsi que la torture et la mutilation d'ennemis ; l'infériorité des femmes y est un principe, de même que la croyance en un ou plusieurs êtres surnaturels intervenant dans la vie quotidienne."

Prescott a écrit:

" Une société qui témoigne de l'affection physique aux tout jeunes enfants et de la tolérance à l'égard du comportement sexuel prémarital n'a que 2% de chances de devenir physiquement violente. La probabilité qu'une telle corrélation soit due au hasard est de 1/125000. "

Carl Sagan a écrit, dans Cosmos édition Mazarine page 332:

" Si Prescott a raison, maltraiter les enfants et réprimer la sexualité - à notre époque d'armements atomique et de contraception efficace - sont des crimes contre l'humanité." 
 

Un article qui frappe dans le mille:

"Le plaisir du corps et l'origine de la violence"

par

James W. Prescott

James W. Prescott est neuropsychologue et gestionnaire dans le domaine de la santé au National Institute of Child Health and Human Development (Institut National de la Santé des Enfants et du Développement Humain) à Bethesda au Maryland. Il est membre du comité de direction de l'American Humanist Association (Association humaniste américaine). Cet article est paru en parti dans le numéro d'avril 1975 du The Futurist, publié par la World Future Society.

James X Prescott affirme que la plus grande menace à la paix mondiale vient des pays qui procurent l'environnement le plus pauvre pour leur enfants et qui sont les plus répressifs en termes d'affection sexuelle et d'expression de la sexualité féminine.

" La violence humaine devient soudainement une épidémie mondiale. A travers la planète la police fait face à des foules belliqueuses, des terroristes perturbent les jeux olympiques, des pirates détournent des avions et des bombes détruisent des immeubles. Durant les récentes années, les guerres ont fait rage au Moyen-Orient, à Chypre et dans le Sud Est asiatique tandis que les combats de guérilla poursuivent leur escalades en Irlande. Pendant ce temps le crime croît plus vite que l'inflation aux États-Unis. Les chiffres du Federal Bureau of Investigation (F.B.I.) montre que les crimes graves ont crû de 16% dans les six premiers mois de 1974, une des croissances les plus considérable depuis que le FBI tient des registres.

A moins que les causes de la violence ne soit isolées et traitées, nous continuerons à vivre dans un monde de crainte et d'appréhension. Hélas la violence est souvent offerte comme solution à la violence. De nombreux membres des forces de l'ordre proposent une application plus sévère des lois comme la meilleure façon de réduire le crime. Emprisonner les gens, notre façon habituelle de faire face au crime, ne résoudra pas le problème car les causes de la violence résident dans nos valeurs fondamentales et dans la façon dont nous éduquons nos enfants. Les punitions corporelles, les film et les émission télévisées violentes enseignent à nos enfant que la violence est une choses normale. Mais ces premières expériences de la vie ne sont pas les seules ni même les principales racines de nos comportements violents.

De récentes recherches soutiennent le point de vue selon lequel la privation de plaisir physique serait l'élément causal principal de l'expression de la violence physique.

L'association commune entre sexualité et violence nous donne un indice pour la compréhension de la violence physique en termes de privation de plaisirs physique.

A la différence de la violence, le plaisir semble quelque chose dont on ne peut se rassasier. Les gens sont toujours à la recherche de nouvelles formes de plaisirs encore que la plupart de nos activités plaisantes paraissent être des substituts du plaisir sensoriel tactile. Nous touchons par plaisir ou pour infliger de la douleur ou nous ne touchons pas du tout. Même si le plaisir physique et la violence physique semblent à un univers de distance, il semble qu'existe une connexion subtile et intime entre les deux. Jusqu'à ce que la relation entre le plaisir et la violence soit comprise, la violence continuera son escalade.

Comme neuropsychologue du développement, j'ai consacré de nombreuses études à la relation particulière entre la violence et le plaisir. Je suis maintenant convaincu que la privation de plaisir physique constitue la principale racine de la violence. Les expériences de laboratoire avec des animaux montrent que le plaisir et la violence ont une relation réciproque, autrement dit, la présence de l'un inhibe celle de l'autre. Un animal enragé et violent se calmera soudainement si des électrodes stimulent les centre du plaisir dans son cerveau. De la même façon, la stimulation des centres de la violence du cerveau peut mettre fin au plaisir sensuel et au comportement pacifique de l'animal. Quand les circuits du plaisirs sont allumés, ceux de la violence sont éteints, et vice versa. Parmi les être humains, une personnalité orienté vers le plaisir manifeste rarement un comportement agressif tandis qu'une personnalité violente n'est guère capable d'expérimenter et de jouir d'activités sensuellement plaisantes. Si le plaisir ou la violence s'accroît, l'autre décroît.

Carence sensorielle:
La relation réciproque entre le plaisir et la violence est hautement significative parce que certaines expériences sensorielles de la période de développement de l'enfant vont créer des prédispositions soit pour la poursuite de la violence ou celle du plaisir. Je suis convaincu que de nombreux comportements sociaux et émotionna anormaux résultant de ce que les psychologues appellent la carence "socio-maternelle", c'est-à-dire le manque de soins tendres et amoureux, sont causés par un unique type de carence sensorielle, la carence somato sensorielle. Dérivé du terme grec pour "corps", ce mot renvoie à la sensation de toucher et aux mouvements corporels par opposition aux perceptions lumineuses, à l'ouïe, au goût et au toucher. Je crois que la carence en toucher, contacts et mouvements corporels sont les causes fondamentales des désordres émotionnels incluant les comportements dépressifs et autistiques, l'hyperactivité, les aberration sexuelles, les abus de drogue, la violence et l'agression.
La violence face à la sexualité et l'usage de la sexualité pour la violence, particulièrement contre les femmes, a des racines profondes dans la tradition biblique.

Ces idées sont principalement inspirées des études de laboratoires de Harry F. et Margaret K. Harlow de l'University of Wisconsin. Les Harlow et leurs étudiants ont séparé des bébé singes de leur mère à la naissance. Les singes ont chacun été élevé dans une cage unique où ils pouvaient développer des relations sociales avec les autres à travers la vue, l'audition et l'odorat mais pas le toucher et le mouvement. Cette études et d'autres indiquent que c'est la carence en contacts corporels et en mouvements du corps, et non pas la privation des autres sens, qui produit la large variété des comportements émotionnels anormaux chez ces animaux élevés dans l'isolement. Il est bien connu que les bébés et enfants humains hospitalisés ou institutionnalisés pendant une longue période avec peu de contact physique tactile et de préhension développent des comportements anormaux presque identiques tels le bercement ou le secouement de la tête convulsif.

Bien que la violence pathologique observée chez les singes élevés dans l'isolement est bien documentée, le lien entre la carence somatosensorielle précoce et la violence physique chez les humain est moins clairement établi. De nombreuses études des délinquants juvéniles et des criminels adultes mettent en évidence un arrière-plan familial de ménages brisés et/ou de parents abusifs. Ces études ont rarement mentionné et encore moins mesuré le degré de carence en affection physique, bien qu'on puisse souvent en déduire l'existence de la négligence ou de l'abus et en supposer l'ampleur selon le degré de gravité. Une étude qui fait exception à cet égard est celle de Brandt F. Steele et C. B. Pollock, psychiatres à l'University of Colorado, qui ont étudié l'abus d'enfant chez trois générations de familles où l'on a abusé physiquement des enfants. Ils ont découverts que les parents qui abusent sexuellement de leurs enfant ont systématiquement subi une carence en affection physique durant leur enfance et que leur vie sexuelle adulte était extrêmement limitée. Steele remarque que les femmes qui ont abusé de leurs enfants n'ont, presque sans exception, jamais connu l'orgasme. Le degré de plaisir sexuel expérimenté par les hommes ayant abusé de leurs enfants n'a pas été établi mais leur vie sexuelle était en général insatisfaisante. L'hypothèse selon laquelle le plaisir physique inhibe activement la violence physique peut être évaluée à la lumière de notre propre expérience sexuelle. Combien d'entre nous ont envie d'agresser quelqu'un après l'orgasme?

Les sociétés humaines qui tolèrent et acceptent la sexualité pré maritale et extra maritale devraient être moins violentes que celle qui prohibent ces comportement.

Les anthropologues culturels ont précisément rassemblé les données requises pour tester notre hypothèse sur les sociétés humains et leurs travaux sont commodément réunis dans A Cross-Cultural Summary de R. B. Textor [1]. L'ouvrage de Textor est fondamentalement un outil de recherche pour l'analyse statistique inter culturelle. Les données nous procurent 20,000 corrélations statistiquement significatives tirées de 400 échantillons de culture des sociétés primitives.

Négligence de l'enfant/Violence Adulte
Certaines variables qui reflètent l'affection physique (tel que les caresses et les jeux avec les enfants) ont été associées avec d'autres variables qui mesurent le crime et la violence (la fréquence du vol, du meurtre, etc.). Les corrélations sont exposées dans des tableaux. Les indications en pourcentage reflètent la corrélation entre les variables, par exemple, forte affection/basse violence plus base affection/forte violence. Cette procédure est suivie pour tous les tableaux.

Les sociétés classées haut ou faible dans l'échelle d'affection physique chez l'enfant (Infant Physical Affection Scale) ont été examiné quant à leur degré de violence. Les résultats (Tableau 1) indiquent clairement que ces sociétés qui procurent à leurs enfants la plus grande quantité d'affection physique sont caractérisées par le faible vol, la faible douleur physique, la faible activité religieuse, et une absence ou une quantité négligeable de meurtre, de mutilation et de torture des ennemis. Ces données confirment nettement que la carence en plaisir corporel durant l'enfance est significativement liée à un niveau élevé de crime et de violence.

Certaines sociétés punissent physiquement leurs enfants pour leur inculquer la disciplines et d'autres non. Nous pouvons déterminer si cette punition reflète une préoccupation pour le bien-être de l'enfant en la corrélant avec les soins données aux enfants. Les résultats (Tableau 2) montrent que ces sociétés qui infligent de la douleur et de l'inconfort à leurs enfants tendent aussi à les négliger. Ces résultats n'offrent pas d'appui à la prescription tirée des Proverbes (24: 13-14): Ne ménage pas à l'enfant la correction, si tu le frappes de la baguette il n'en mourra pas! Frappe-le de la baguette et tu délivreras son âme du shéol.

La violence physique adulte a été prévue dans 36 des 49 cultures (73%) avec la variable d'affection physique pour l'enfant. La probabilité qu'une corrélation de 73% soit due au hasard n'est que 4 pour 1000.

Des 49 sociétés étudiées, 13 cultures semblent faire exception à la théorie selon laquelle un manque de plaisir somatosensoriels rend les gens violent physiquement (voir Tableau 3). Nous supposions que les cultures qui attribuent une grande valeur au plaisir physique durant l'enfance maintiendraient ces valeurs à l'âge adulte. Il n'en est pas ainsi. Les pratiques d'éducation des enfants ne permettent pas de prédire les modèles de comportements sexuels ultérieurs. Cette surprise initiale et apparente contradiction, devient cependant avantageuse pour des prédictions supplémentaires.

Les conséquences à long terme du plaisir et de la douleur chez l'enfant.
Les sociétés humaines différent considérablement dans leur traitement des enfants. Dans certaines cultures les parents débordent d'affections physiques à l'égard de leur enfants tandis que dans d'autres les parents punissent physiquement leurs enfants. Une étude des données anthropologique par l'auteur [2] a montré que ces sociétés qui donnent à leurs enfants la plus grande quantité d'affection physique subissent moins de vol et de violence chez les adultes ce qui appuie la théorie selon laquelle la carence en affection physique durant l'enfance est liée significativement à un haut taux de crimes et de violence. Le tableau ci-dessous montre comment l'affection ou la punition à l'égard des enfants est corrélées avec d'autres variables. Par exemples les cultures qui infligent de la douleur aux enfants paraissent plus portées à pratiquer l'esclavage, la polygynie, etc.
 

Dans les tableaux, N réfère au nombre de cultures comparées et P est la probabilité que la relation observée puisse résulter du hasard ce qui a été calculé avec l'échelle de probabilité de Fischert

 

TABLEAU 1

Les comportements adultes dans les sociétés où les enfants sont choyés par l'affection physique

Comportements adultes, % pourcentage, N: nombre de cultures étudiées, P : probabilité.

Faible ostentation de la richesse: 66 %, N 50, P 06.

Faible incidence du vol: 72 %, N 36, P 02.

Grande indulgence envers les enfants: 80 %, N 66, P 0000.

Faible douleur physique subie par les enfants: 65 %, N 63, P 03.

Meurtre, torture et mutilation de l'ennemi négligeable: 73 %, N 49, P 004.

Faible activité religieuse: 81 %, N 27, P 003.

 

TABLEAU 2

Comportements adultes dans les sociétés où les parents ou les gardiens infligent de la douleur physique aux enfants.
Comportements adultes, % pourcentage, N: nombre de cultures étudiées, P : probabilité.
Présence de l'esclavage: 64 %, N 66, P 03.

Polygynie: 79 %, N 34, P 001

Statut inférieur pour la femme: 78 %, N14, P 03

Faible affection physique à l'égard des enfants: 65 %, N 63, P03.

Faible indulgence à l'égard des enfants: 77 %, N 66, P 000.

Faible développement du caractère nourricier chez l'enfant: 67 %, N 45, P 05.

Dieux agressifs: 64 %, N 36, P 01.

" Si l'on compare les six sociétés caractérisées à la fois par une forte affection pour l'enfant et pour une forte violence en termes de comportements sexuels pré maritaux, on découvre avec surprise que cinq d'entre elles font preuve de répressions de la sexualité pré maritale, valorisant hautement la virginité. Il semble que les effets bénéfiques de l'affection physique peuvent être annulées par la répression ultérieur du plaisir physique (la sexualité pré maritale).

Les sept sociétés caractérisées par une faible affection physique pour l'enfant et une faible violence physique adulte s'avèrent toutes caractérisées par des comportements sexuels pré maritaux permissifs. Ainsi l'effet négatif de la carence en affection physique pour l'enfant semble compensé plus tard dans la vie par des expériences sexuelles plaisantes durant l'adolescence. Ces découvertes ont mené à une révision de la théorie de la carence en plaisir somatosensorielle, en faisant une théorie développementale à deux échelons permettant ainsi d'expliquer la violence physique dans 48 des 49 cultures."

En bref, la violence peut émerger d'une carence en plaisir somatosensoriel soit durant l'enfance soit durant l'adolescence.

Lire la suite sur : http://www.violence.de/prescott/bulletin/article-f.html

 

Il est clair que le monde jouit d'un temps limité pour changer sa manière de résoudre les conflits violemment. Nous faisons face à l'incertitude quant à savoir si nous avons le temps de défaire les dommages effectués par d'innombrable générations précédentes et combien de générations futures il faudra pour transformer notre psychobiologie tournée vers la violence en une autre plus pacifique.

Mais alors que devez-vous penser du sexe ?

 

 

La conception judéo-chrétienne du plaisir corporel est manifestement opposée à celle qui est définie ci-dessus.

" Le refus du plaisir somatosensoriel dans la doctrine de Paul a conduit à des sources alternatives de soulagement à travers des stimulations douloureuses telles que l'auto-flagellation, l'auto-mutilation, la violence physique contre les autres et dans l'usage de drogues sans plaisirs sensoriels.

Des études expérimentales sur les animaux illustrent bien ce phénomène. On constate par exemple que des animaux privés de stimulations somatosensorielles se lancent dans la mutilation de leur propre corps. Des animaux privés de contacts tactiles en bas âge vont développer une perception de la douleur affaiblie et une aversion face aux contacts tactiles par autrui. Cela inhibe donc la possibilité d'expérimenter une thérapie fondée sur le plaisir corporel. Dans ces conditions, ils ont peu d'alternatives hors de la violence physique alors que le contact orienté vers la douleur est facilité par leur capacité affaiblie à ressentir la douleur. Donc la violence et la douleur physique deviennent des thérapies privilégiés pour ceux qui ont été privés de plaisir physique.

Ces considération soulèvent la question de comment la philosophie et la théologie chrétienne qui ont tant emprunté à Aristote ont réussi à éviter si non carrément à rejeter les enseignements d'Aristote concernant la moralité du plaisir. Les racines de cette question peuvent être découvertes tout au long du Vieux Testament et ce dès le début avec le compte-rendu dans la Genèse de l'expulsion d'Adam et Ève du jardin du paradis.

La première conséquence de la faute d'Ève est que la nudité devint honteuse. Là pourrait bien être la début de l'hostilité des hommes envers les femmes et le l'équation de la femme avec le démon, particulièrement les démons du corps. La chose est illustrée de façon frappante par Zacharie (5:5-8) dans la description d'un ange:

"C'est un boisseau qui s'avance." Il ajouta "C'est leur iniquité, dans tous le pays" Et voici qu'un disque de plomb se souleva; et je vis une Femme installée à l'intérieur du boisseau. Il dit "C'est la malice" Et il la repoussa à l'intérieur du boisseau et jeta sur l'orifice la masse de plomb."

La violence à l'égard de la sexualité et l'usage de la sexualité pour la violence, particulièrement contre les femmes, a des racines profondes dans la tradition biblique et est exprimée très tôt. Le dix-neuvième chapitre de la Genèse (19:1-11), dans le premier livre du Vieux Testament soutient que le viol d'une femme est acceptable mais que le viol d'un homme est une chose perverse. Le chapitre sur la destruction de Sodome et Gomorre décrit l'hospitalité offerte par Lot à deux voyageurs (en fait deux anges).

Ils n'étaient pas encore couchés que la maison fut cernée par les hommes de la ville, les gens de Sodome, depuis les jeunes jusqu'aux vieux, tout le peuple sans exception. Ils appelèrent Lot et lui dirent: "Où sont les hommes qui sont venus chez toi cette nuit? Amène les nous pour que nous en abusions". Lot sortit vers eux à l'entrée et, ayant fermé la porte derrière lui, il dit " Je vous en supplie mes frères, ne commettez pas le mal! Écoutez: j'ai deux filles qui sont encore vierges, je vais vous les amener: faites leur ce qui vous semble bon, mais, pour ces hommes, ne leur faites rien puisqu'ils sont entrés sous l'ombre de mon toit" Mais ils répondirent: "Ote-toi de là! En voilà un qui est venu en étranger, et il fait le juge! Eh bien, nous te ferons plus de mal qu'à eux!" Ils le pressèrent fort, lui Lot, et s'approchèrent pour briser la porte. ..."

James W Prescott

Alors donc ?

A mes yeux - c'est une vérité de La Palisse -, mais comme personne ne la voit - je la dis, car il conviendrait, selon moi, plutôt d'en penser ceci : 
Quoi de plus naturel ?

Quoi de plus agréable ?

Quel meilleur facteur d'équilibre et de santé personnels ?

Quel meilleur mode de cohésion, et de communication sociale ?

Qui en soi n'est pas très important !

Car, en effet, le sexe c'est comme la nourriture qui ne devient très importante que lorsqu'elle manque, et le manque ce n'est pas bon, car une personne longtemps affamée devient vite gloutonne et mange comme un cochon (mal, vite, et trop) dès qu'elle le peut ; ce qui s'enracine ensuite dans ses habitudes , même lorsque la nourriture redevient abondante.

C'est la relation actuelle de l'occidental au sexe qui ressemble à ceci, tandis…

wqu'un homme rassasié devient naturellement gourmet ; il ne mange lentement que des mets choisis et que lorsqu'il a réellement faim: car l'abondance l'aide à acquérir la sagesse du détachement qui lui permet de mieux jouir de la vie en effaçant les désirs et les peurs - notamment de "manque" - du moi personnel.

wqu'il serait préférable d'agir ainsi.

Enfin, le parallèle s'arrête là : car la nourriture sexuelle - elle - fait intervenir un facteur supplémentaire qui est autrui - avec sa sensibilité et ses sentiments - qu'il faut respecter et ne pas blesser pour satisfaire notre appétit... fut-ce de façon raffinée.  

C'est donc là tout le cœur du problème....
Gérer sa relation avec le sexe est donc un ART

et même un Art Majeur.

C'est un art, car :
wSi la pénurie est un obstacle, l'abondance l'est aussi d'une autre manière !

wDes deux situations c'est dans l'abondance que l'homme - s'il est bien enseigné - progresse le plus: car dans la pénurie le progrès lui est tout simplement impossible.

wC'est aussi un art du fait que nous devons concilier, au quotidien, ce désir puissant - dont l'accomplissement est vital pour notre équilibre - avec l'obligation de ne pas faire souffrir autrui.

 
Cet Art se nomme la "Loi du Milieu" des Chinois, c'est la même chose que le "Rien de trop" inscrit au fronton des anciens temples Grecs ; et cet art c'est la religion (et la vrai morale) de la Nature et du bon sens.
 
Serait-il possible que bien vivre sa sexualité aide a résoudre les problèmes actuels ?
OUI, BIEN SUR !  CAR LES HOMMES HEUREUX SONT NATURELLEMENT BONS ET ÉQUILIBRÉS !

Il en est ainsi car l'agressivité, le désir « d'améliorer » sans cesse inutilement des choses parfaites en elles-mêmes provient de la frustration des désirs d'existence non réalisés.

 
wIl ne peut pas venir à l'esprit d'un homme heureux qui se distrait sainement, en faisant l'amour à de jolies femmes et vibre à l'unisson de la Nature, de préférer à cela jouer au Dr Faust en se masturbant les méninges pour inventer une souris verte, un lapin, ou un singe lumineux...

http://terresacree.org/AnimOGM2.htm

wOu pire un virus génétiquement modifié qui ne détruirait qu'une ethnie humaine particulière comme je l'ai lu récemment... 

wOu bien encore, d'accumuler sans cesse des milliards de dollars en laissant crever consciemment 35 000 enfants pauvres par jour, alors qu'il pourrait aisément les sauver avec le 1/10000 ème de ce qu'il possède. 

Y vous donne pas mal à la tête ce site ? 

Photo Ron Harris 

 

Mais alors qu'est-ce que l'amour ?

Il est certain que la confusion qui règne en ce domaine vient aussi du vocabulaire, comment peut-on par exemple employer l'expression " faire l'amour ", c'est totalement dépourvu de sens ! D'autre part dire à une personne: " j'aime le poulet frit ", puis à table lui dire ensuite " je t'aime " , à un côté très inquiétant pour celui qui est aimé, ne pensez-vous pas ?
Alors puisqu'il faut toujours tout vous expliquern xvoyons pour conclure ce que l'on entend par le verbe le plus bizarre de notre vocabulaire français : Aimer.

La langue sanscrite comporte ai-je lu, de nombreux verbes pour aimer, voici ce que sont selon moi les huit différents sens de ce mot :

 

1 " J'apprécie le plaisir sensoriel et / ou émotionnel que me procure un mes 5 sens "

Se rapporte à: j'aime : ce paysage (vue), ce parfum (odorat), le chocolat (goût), le piano (ouïe), les caresses (toucher).

 
2 " J'apprécie le plaisir principalement émotionnel que me procure certains actes "

Se rapporte à: j'aime : faire le bien, donner des cadeaux, prendre soin des personnes âgées, chasser, tuer...

 
3 " J'apprécie ce qui satisfait mon intellect, et / ou mon besoin d'échange et de jeu "

Se rapporte à: j'aime : Descartes, les mathématiques, mon ami, le football...

 

4 " J'éprouve un désir puissant de m'unir sexuellement à (..) "

Se rapporte à: j'ai envie de faire l'amour, sans sentiment ...

 
5 " J'apprécie le plaisir sexuel et le bien être que mon (ma) partenaire me procure "

Se rapporte à: j'ai besoin sexuellement de cette personne, car je suis bien avec elle, et j'en suis dépendant et jaloux...

 

6 " J'éprouve une aspiration de mon anima, de ma psyché la plus profonde envers (...)"

Se rapporte à: j'aime (...) et j'éprouve un besoin vital de cette personne, dont je ne m'explique pas la cause...

 
7 " J'entre en résonance, avec ce qui satisfait mon programme d'amour parental ou filial."

Se rapporte à: j'aime mes parents et mes enfants... 2 propensions liées à l'éducation, et à la survie de l'espèce.

 
8 " J'entre en résonance, sans aucun besoin ni motivation aucune, avec les choses et les personnes pour lesquelles je ressens une affinité, ou de la compassion, ce n'est lié à aucune propension, ou désir, personnels"

Se rapporte à: J'AIME.

 

Ce verbe désigne des choses si différentes que 6 mots, au moins, restent à inventer.

Notons au passage que la même situation peut associer plusieurs de ces sens

L'amour universel et l'Amour Universel.

Mon éducation religieuse catholique a été fort superficielle, mais elle fut suffisante pour me souvenir qu'à chacune de mes questions pertinentes le curé me répondait toujours " c'est un mystère, mon fils ", réponse totalement insatisfaisante à mes yeux car ce qui se conçoit clairement peut toujours être exprimé. Seule la disparition du moi ne peut pas l'être.

Les New age, ne répondent pas eux "c'est un mystère", mais c'est du pareil au même, car ils répondent soit par des affirmations sans preuves (c'est constant), soit par des phrases élaborées - provenant de soi-disant maîtres - qui sont dépourvues de bon sens.

Pourquoi sont-elles dépourvues de bon sens ?

Tout d'abord observons que les concepts d'amour universel et d'Amour Universel, sont deux choses bien distinctes et différentes.

L'amour universel existe ! les bouddhistes le nomment Mettâ [amour bienveillant].

Je le sais bien, car il vit en moi, profondément. C'est - comme je le ressens - une sensation en nous d'affinité, de résonance, de sympathie, de parenté, qui est associée à de la bienveillance désintéressée envers tout ce qui est. On peut l'associer au mot bonté. Il ne doit pas être un attribut réservé à l'humain: selon moi, tous les êtres de tous les plans d'existence devraient y avoir accès, et plus ceux-ci sont élevés et plus il devrait y être développé. Il appartient au domaine du Monde Manifesté.

La pratique de cet amour universel - conçue au sens où les indiens concluent leurs prières par "ALL MY RELATIVES" - doit être encouragée car elle induit le Respect et l'Harmonie, qui sont destinés - je l'espère en tout cas - à remplacer l'irrespect et la dysharmonie, nés de la compétition égotique actuelle, qui sont entrain de détruire le monde. De plus, les lois de résonance font que les pensées d'amour nous reviennent en effet, sous forme d'amour.

Voir ce qu'est la Mettâ: http://www.centrebouddhique.net/contenu/articles/ch%20metta.htm

Tandis que l'Amour Universel n'existe pas, ou du moins c'est infiniment peu probable.

D'une part, parce que le mot "Universel" implique qu'il s'agit du Non-Manifesté, de l'UN, où existe la félicité pure ce qui n'est pas du tout la même chose.

D'autre part, s'il existait, cela impliquerait selon nos critères humains - les seuls que l'on puisse employer pour communiquer - la même bienveillance de l'Univers, ou des univers, envers les créatures individuelles. Or s'il est en effet - théoriquement - possible que l'Univers puisse se développer selon un plan bienveillant pour tous, ou pour son ensemble, cela reste cependant une hypothèse hasardeuse et invérifiable (c'est du domaine de la croyance pure et simple) qui est constamment contrariée, du reste, par l'expérience.

Tandis que les faits - TOUS LES FAITS - démontrent clairement, et sans aucune ambiguïté possible, que l'Univers - ou l'univers - est indifférent envers les créatures individuelles. Tous les sages que j'aime à citer en on fait l'observation. Déjà Confucius disait : "les dieux ne sont pas bons" et "les hommes sont chiens de paille", Lao Tseu, Tahca Ushté, etc etc... tous ceux qui ne sont pas influencés par la pensée chrétienne le remarquent, car c'est une évidence.

L'Univers comme l'univers sont indifférents à nos préoccupations personnelles: si la pluie tombe ce n'est pas par bonté pour les salades, et quand les astéroïdes tombent ce n'est pas par méchanceté, envers le genre humain ; ou qui que ce soit d'autre d'ailleurs !

Nos astronomes observent des collisions de galaxies, ou des explosions d'étoiles partout et constamment. Tout ce que nous pouvons constater objectivement démontre que l'Univers est un processus violent de destruction/création constant qui ne fait aucun cas de l'existence individuelle.

La croyance en cet Amour Universel n'est pas qu'erronée, elle est extrêmement néfaste !

Elle l'est, car ce n'est qu'un avatar du concept chrétien de "bon Dieu", qui a été une astuce satanique pour asservir l'homme. Aujourd'hui l'idée du bon Dieu, ayant été éculée, le mythe de l'Amour Universel conçu comme de la Bienveillance Immanente a pris le relais, mais les bases restent les mêmes.

J'observe au passage que l'origine de ce concept satanique est Moyen-Oriental, car ce sont les religions du moyen orient qui ont instauré la PEUR, le concept de péché et l'espoir dans un Au-delà pour obtenir la soumission sociale. Tous ces concepts qui ne sont que des projections mentales, étaient inconnus de la plupart des peuples, y compris de nous-mêmes, avant la christianisation.

Or, en employant le mot d'Amour Universel, contre lequel je lutte, les New age RÉVEILLENT la mémoire cellulaire de leurs auditeurs qui se mettent en résonance automatique avec ces concepts catholiques sataniques.

Une promenade à travers les sexualités.

" Les idéologies, les coutumes, les préjugés les plus divers se sont toujours emparés de ce domaine particulièrement sensible - qui a souvent été utilisé comme "arme" par tous les pouvoirs : impériaux, révolutionnaires, ecclésiastiques, voire médicaux. Il n'est pas question dans cet ouvrage de détailler les mœurs sexuelles à travers l'histoire et la géographie, mais une petite promenade à travers le temps et l'espace nous permettra de relativiser quelque peu les choses :

L'hospitalité sexuelle était sacrée dans beaucoup de peuples de l'Antiquité : Égypte, Syrie, Phénicie, Chypre, et encore aujourd'hui, chez les Esquimaux.

Le Temple d'Alexandrie comportait 1 400 cellules de prostituées sacrées à l'usage des fidèles et des étrangers. Les prostituées étaient aussi vénérées que les religieuses d'aujourd'hui.

En Phénicie, la Loi stipulait que toutes les femmes étaient communes à tous les hommes et qu'il ne devait y avoir aucune distinction ni de pères, ni d'enfants.

Dans l'Antiquité, le coït anal intervenait aussi souvent dans les relations hétérosexuelles que le coït vaginal. Ce dernier était puni de mort pendant les périodes d'allaitement maternel, dans les civilisations anciennes d'Amérique précolombienne. En Grèce, les "positions" étaient réduites à une seule préconisée : partenaires allongés sur le côté, "en cuiller", car aucun des amants ne devait "dominer" l'autre ! Plus tard, un principe inverse a justifié la position dite du "missionnaire" !

Coup d'œil sur la polygamie :
En Gaule, les femmes des Bretons que combattit César, étaient communes à des clans d'une douzaine d'hommes - qui se les partageaient entre frères, pères et fils.

Le harem des empereurs de Chine, jusqu'à la fin de l'Empire, comprenait mille concubines - choisies par la mère de l'empereur.

Le dernier empereur du Maroc, Moolay Ismaïl, a eu 888 enfants.

Quant au record féminin, il appartient à une Russe avec 69 bébés, issus de 27 grossesses.

La légende attribue à John Kennedy 1 800 maîtresses : il faisait l'amour tous les jours. "

Une pause, avec l'interview exclusive pour sens-de-la-vie.com du " Bar-Manu ",

contacté enfin :

" Des impuissants tous ces " sapiens " !

wCroquis d'après Magraner (1994) tel qu'il fut observé sur le vif, en septembre 1977, par Purdum Khan berger du district de Chitral à 3500 m d'altitude dans les montagnes du nord Pakistan. Vous aurez certainement remarqué la particularité très intéressante de cette espèce qui consiste en un penis rectus (en érection permanente) à l'instar des Bushmen du Kalahari,.

XxxXXPour le rencontrer se servir de la carte ci-contre, toutefois lui faire prendre une douche avant l'amour est vivement conseillé. Information pour les passionnées de cryptozoologie.

 
" Tandis que, d'après la dernière enquête scientifique détaillée, portant sur 20 000 Français de 18 à 70 ans (Analyse des Comportements Sexuels en France, ou "Rapport ACSF", mené sous la responsabilité du Pr. Spira pour le compte du Gouvernement), le Français "moyen" de 1993 a "connu" 13 partenaires pendant toute sa vie, et la Française… 5 ! Pendant que moins de 1% des hommes ont connu plus de 100 femmes. Il s'agit, bien entendu, de moyennes, car l'activité sexuelle est très variable et augmente avec le niveau des études : ainsi, ceux qui les ont poursuivies après le baccalauréat, doublent en moyenne le nombre de leurs partenaires…

Au Moyen-Age, si une femme mourrait en couches, l'Église catholique la considérait comme "sorcière": elle était empalée - avec son "bébé-vampire"… et interdite de cimetière !

Jusqu'au XVI° siècle, la plupart des curés avaient une concubine officielle (leurs fils étaient ordonnés prêtres par le Pape, en priorité).

Toutes les Révolutions (France, URSS, Chine, etc.) commencent par une libéralisation sexuelle - qui dégage de l'énergie… et sont suivies par une coercition sexuelle - qui récupère l'énergie !

En Iran, aujourd'hui, les femmes sont interdites à la piscine et… dans l'autobus !

En Roumanie communiste, les femmes étaient tenues de déclarer la date de leurs règles à leur employeur - pour éviter l'IVG… et en Chine, il en est toujours de même… pour les contraindre à l'IVG !

Freud estimait le plaisir clitoridien comme "immature" et plusieurs femmes psychanalystes, dont la Princesse Bonaparte, se sont fait implanter le clitoris sur le vagin... sans succès ! 4 000 femmes ont subi cette opération aux USA !

En 1914, les femmes consultaient un médecin... si elles éprouvaient du plaisir : l'orgasme féminin était considéré alors comme un signe "d'hystérie" ou de "perversion", et elles faisaient donc semblant... de ne pas jouir !

Encore tout récemment, la masturbation était condamnée. Or, il est admis par tous les spécialistes aujourd'hui que la masturbation est une étape naturelle et nécessaire du développement, préparant la fonction sexuelle, et favorisant notamment la survenue ultérieure de l'orgasme féminin. Son interdiction multiplie par deux le taux de frigidité féminine, entraînant donc une insatisfaction conjugale, voire un divorce : "effet pervers" des consignes morales d'abstention !

Et c'est ainsi qu'encore aujourd'hui, à l'âge de 30 ans, une Française sur deux seulement atteint l'orgasme dans un rapport "normal complet". Parmi les autres, les 3/4 obtiennent l'orgasme par stimulation clitoridienne.

On pourrait poursuivre encore longtemps une telle liste de variations arbitraires des mœurs et de leurs conséquences… On se souvient du scandale provoqué par la publication, en 1948, du fameux Rapport Kinsey sur la sexualité humaine : son étude, portant sur 15 000 Américains, montrait que… 95% d'entre eux avaient régulièrement des pratiques sexuelles qualifiées, à l'époque, de "perverses" ! Par exemple : rapports buccogénitaux, sodomie (coït anal), etc. On sait qu'en 1993, en France, 90% des hommes et 85% des femmes reconnaissent avoir expérimenté, au moins une fois, des rapports buccogénitaux et que ces derniers sont pratiqués régulièrement aujourd'hui, une fois sur deux.

Certaines prescriptions, toujours enseignées sur des bases idéologiques, ne correspondent plus à aucune réalité : l'interdiction totale des moyens contraceptifs, si elle était appliquée, équivaudrait à une "condamnation à mort de l'humanité entière" : on a calculé qu'en 200 ans, la population mondiale atteindrait la densité du métro aux heures de pointe, sur la totalité des terres émergées ! Il ne resterait plus que la bombe atomique ou une vaste épidémie pour… sauver la Planète ! Heureusement, l'impact de ces consignes est… pratiquement nul (!) - comme le montrent toutes les études scientifiques - qui ne retrouvent guère de différence de comportement entre les jeunes pratiquants et les agnostiques. Par exemple, aujourd'hui, en France, 90% des femmes et 93% des hommes ont eu leur premier rapport sexuel avant le mariage ! "

Communiqué par Trouvvv et http://www.gestalt.asso.fr/livre/chap9.htm

La parole est aux lecteurs.

de l'importance du massage et des contacts physiques.

La saine réaction d'un ami - JPH - connaissant bien ce qu'il en est.

" Un sujet qui aurait pu finaliser le tout, est le massage que l’on retrouve un peu partout dans le monde, sauf dans les pays qui se disent civilisés.

Le massage, à condition qu’il soit fait par une personne de sexe opposé, n’est-il pas le meilleur moyen de se détendre afin de mieux développer et apaiser les sens ? On en revient au principe des sensations tactiles par différents styles du toucher et caresses. La majeure partie des gens qui portent un jugement absurde avec des critiques dénuées de bon sens, ne prennent-ils pas un plaisir égoïste à échanger des caresses avec leur animal de compagnie ?

Que fait-on avec un bébé qui pleure, et pourquoi pleure-t-il ? Il recherche le contact par des caresses, et les bras qui vont le serrer délicatement dans un simple petit corps à corps.

Dans la nature, les animaux recherchent également le contact.

En France, le massage est devenu un sujet tabou que l’on réfère au sexe, et les quelques instituts qui le pratiquent sont hors de prix. Cela ne rejoint-il pas ton sujet ? Si l’on supprime tous les contacts qui sont indispensables au bien-être, comme les rapports de tendresse, amoureux, sentimentaux ou sexuels, ce qui apaise et calme les nerfs, ceux-ci reprennent le dessus, et génèrent de la violence. (C Q F D )" JPH

Une ébauche de conclusion.

 

La crise actuelle de civilisation, due à des hommes mal dans leurs vies,n'a somme toute qu'une seule cause primordiale : avoir oublié la Nature et l'Etre, pour lui substituer un Utérus artificiel, vos mégalopoles, et l'Avoir

C'est la raison pour laquelle tous les peuples Occidentaux judéo-chrétiens sont maladivement agressifs, tandis que d'une manière générale les peuples n'ayant pas subi d'influence coercitive sur le sexe - n'ont en eux aucune agressivité.

De même que des abus dans l'usage sain d'une agressivité de bon aloi ont fait rejeter l'agressivité tout entière, la sexualité a subi le même sort dans notre culture occidentale, à la suite d'abus ou de malentendus : on a "jeté le bébé avec l'eau du bain ! ". Là encore, le bon sens suffit à comprendre qu'il serait aussi déraisonnable de la condamner globalement, que de l'approuver sans réserve : ni la combattre, ni l'ignorer, ni la subir passivement, mais "l'apprivoiser" ; ni se crisper sur le volant, ni le lâcher, mais le tenir en mains pour "gérer" sa conduite.

Ce n'est pas le cas dans diverses cultures orientales; ainsi, le tantrisme valorise la sexualité comme mode d'accès privilégié à la spiritualité. De nos jours, il ne semble plus nécessaire de souligner que la sexualité ne saurait être réduite à une fonction de reproduction, sans s'opposer aux desseins de la Nature - qui "a pris la peine" de créer des organes spécifiques de plaisir, une innervation locale dense et une gamme de neuromédiateurs de désir, d'excitation et de bien-être, soulignant ainsi la fonction de relation affective et sociale de l'activité sexuelle.

Cela démontre qu'outre la fonction reproductrice le sexe a aussi - et je suis tenté de dire avant tout - une fonction individuelle et sociale d'équilibre et d'harmonie.

Il en résultait, notamment, le fait qu'autrefois - chez les anciens Grecs et Égyptiens - la prostitution s'exerçaient dans les Temples avec des jeunes femmes ayant recu un haut niveau d'éducation à tous les sens du terme: car le sexe était considéré comme un acte sacré, devant être intégré dans une spiritualité vivante et non désincarnée. Ce qui devrait être rétabli.

Cf avec les études sur les bonobos, ces singes étonnants qui font l'amour comme nous, mais sans esprit de possession des femelles par les mâles, et qui de ce fait - contrairement aux autres chimpanzés - ne sont pas agressifs.

La suite en cliquant sur la demoiselle. 

Trop vieux jeu ce mec !

Obsédés sexuels vous manquez d'imagination ! voici le complément de formation sexuelle qui vous manquait.
  

 

SUITE

Accès au carrefour de la dimension 2

Comprendre votre passé dont découle votre situation actuelle, pour pouvoir changer votre futur

 ...ou continuez votre lecture en choisissant votre rubrique par le lien sur le sommaire ci-contre à gauche.

© Textes - Ampewi Nunpa

.

  Participez ! 

Created november 18, 2001 - Updated october 9, 2011